play pause load
-

Tatouage connecté : le début de la biotechnologie

Alors que l'édition 2016 du Mondial du Tatouage débute aujourd'hui, qui n'a jamais envisagé de se faire tatouer ? Au-delà d'une simple gravure de la chair, les progrès technologiques lui donnent à présent une dimension médicale, militaire, utilitaire... C'est le début d'un avenir hyper connecté par le biais d'innovations tatouées que je vous propose de découvrir !

 

© Chaotic Moon Studios, Tech Tats - L'un des tatouages électroniques les plus aboutis est surnommé le "Tech Tats"

L'électronique qui vous colle à la peau

Ce nouveau genre de tatouage est apparu pour la première fois en 2013, avec respectivement un brevet déposé de Google et une création originale de la chinoise Lu Nanshu. Le premier fonctionnait essentiellement à l'aide d'un système électromagnétique allié à un microphone, afin de compléter l'usage des smartphones, des montres connectées et même des Google glass. Le second, nommé l'Electronic Tattoos, est un tatouage électronique destiné à analyser les signes vitaux. Le point commun de ces deux innovations réside dans leur composition : il ne s'agit pas d'une technique de tatouage à même la peau mais plutôt d'une membrane extrêmement fine composée de silicone à coller, le temps de quelques jours.

Depuis ces premiers prototypes, plusieurs concepts ont vu le jour, dont le dernier en date est celui de Chaotic Moon Studios, ainsi que celui de la start-up MC10 qui a été présenté à la CES 2016. Tout comme les précédents, le tatouage est conçu à partir d'une encre électronique qui vient se fixer à même la peau. Il peut donc être retiré aisément, ce qui serait un avantage conséquent pour nombre de domaines. Dans l'évènementiel, les entrées à une soirée ou un concert pourraient ainsi se retrouver directement greffées à votre poignet. Le tatouage connecté permettrait également de payer instantanément, à la manière du film Time Out, où les protagonistes échangeaient leur temps d'un simple geste du poignet. Enfin, dans le secteur médical, ce procédé se révèlerait utile pour effectuer tous types d'analyses. Allant de la mesure du rythme cardiaque, l'évaluation de la température corporelle et de la fréquence respiratoire, à la tension artérielle, le domaine de la santé se ravirait d'un tel bijou technologique.

 

© Emerge Interactive, vidéo officielle - Le projet n'a finalement jamais été mené à son terme, mais la vidéo fait rêver !

Vers une génération Terminator ?

Alors, comment cela fonctionne t-il ? Le tatouage connecté tel qu'il a été développé jusqu'à présent est un procédé high-tech, composé d'éléments technologiques et d'une encre conductrice. C'est alors un enchevêtrement de circuits électroniques qui s'assemblent afin d'analyser de multiples informations et transmettre des données sur le corps humain. L'ensemble prend la forme d'un patch translucide que l'on colle à la peau. Ce n'est certes pas encore un véritable tatouage mais cette technologie en constitue les prémices. Dans le futur, il pourrait remplacer les systèmes de suivi d'activité, dans un cadre sportif ou non, un peu à la manière des bracelets connectés d'aujourd'hui.

Alors, sommes-nous destinés à nous transformer en cyborgs ? Sans aller jusqu'à parler de Terminator, les évolutions technologiques tendent de plus en plus vers l'implantation d'éléments électroniques directement sous la peau. L'objectif sur le long terme est un gain de temps dans les gestes quotidiens, du simple échange de données à l'ouverture de la porte de chez soi... Le tout d'un simple geste de la main. Le concept est d'ores et déjà à l'étude au sein d'un collectif de biohackers nommé Grindhouse Wetware. Ces derniers ont élaboré un implant lumineux, qui n'est autre que des leds greffés sous la peau, pour un résultat des plus spectaculaires. Leur ambition est de façonner des améliorations corporelles de l'être humain, par le biais de systèmes sûrs, abordables et surtout open source.

 

© Grindhouse Wetware, Northstar V1 - Le collectif a réalisé un implant lumineux d'une taille d'une pièce de 2€, le résultat est impressionnant !

Toutes ces innovations biotechnologiques poursuivent le même but : transformer les usages des utilisateurs pour les rendre ultra-connectés, jusqu'à faire disparaître l'objet d'origine. Ces progrès high-tech pourraient bien faciliter notre quotidien dans nombre de domaines, mais à quel prix ? Serait-ce le début d'une nouvelle étape dans l'évolution de l'être humain, ou l'annonce d'une déshumanisation progressive, au rythme effréné des nouvelles technologies ? Ces questions ciblent une partie des enjeux de demain. En attendant, je continue de rêver qu'un jour, je pourrai changer de tatouage à volonté !

Eva MORIN-MARECHAL