play pause load
-

Conférences Climax 2017 : Demain, tous végétariens ? (Mégane)

Une rencontre au sommet entre musique et sensibilisation écologique, le Festival Climax s’est tenu à Darwin du 7 au 10 septembre.
StayAwake s'est rendu sur place et vous propose un petit débrief de la première conférence qui a eue lieu durant la première journée sur la thématique de l'alimentation et du climat.

(Pour lire le point de vue de Mirella, c'est par ici : https://www.stayawake.fr/Actualites/evenement/mirella-conferences-climax-2017-demain-tous-vegetariens/)

Benjamin Pavone - Climax 2017.
Benjamin Pavone - Climax 2017

Pour sa troisième édition, Climax a vu les choses en grand, et pas seulement en terme de programmation musicale (qui nous en a mit plein les yeux et les oreilles !), les conférences tenues à Darwin ont également remportées un vif succès !

Il est 7h du matin, faut se réveiller, j'ai sommeil … mais non c'est pour la bonne cause, je ne dois absolument pas rater la première conférence de 10h30 !
En ce vendredi 8 septembre, c'est l'ouverture des conférences du Climax avec un sujet qui met tout de suite dans l'ambiance : Demain tous végétariens ?
Comment vous dire ? En tant que carnivore invétérée (Je l'avoue), je m'y rends d'un pas décidé, afin d'en apprendre un peu plus sur un sujet que je ne connaissais au final que très peu.
Et le moins que l'on puisse dire est que je n'ai pas été déçue du voyage !
Je m'installe dans le fond histoire de passer inaperçue. J'ai été très agréablement surprise d'y voir beaucoup de jeunes, avides d'en connaître un peu plus sur le sujet.

La conférence commence, chacun des intervenants se présente.
Xavier Hamon, chef cuisinier et représentant du collectif Slow Food de France / Philippe Pointereau, directeur du pôle agro-environnement Solagro / Jean-Luc Fressard, journaliste et directeur de Bon pour le Climat / Elodie Vieille Blanchard, présidente de l'association des Végéarien de France / Sophie Danlos, chef de projet agriculture et alimentation durable et spécialiste des micro-fermes / Pierre Hinard, éleveur bovin et créateur du steak d'herbe.

Alors Demain Tous Végétarien ?

En guise d'entrée en matière de nombreux chiffres sur l'alimentation sont énoncés, tous plus édifiants les uns que les autres ! Aller, je vous les partage : L'alimentation aujourd'hui, c'est 800 millions de personnes qui ne mangent pas à leur faim, 600 millions d'obèses, 1/3 des paysans qui ont un revenu inférieur à 350 euros par mois, 1/3 de ce qui est produit est jeté, etc.
Le ton est donné, je m'enfonce dans ma chaise et réalise que le constat est dramatique.
La conférence se poursuit, les intervenants se succèdent et arrivent tous au même constat : Nous devons changer notre alimentation !

Le scénario catastrophe d'Afterre 2050 de Philippe Ponterau pourrait bien devenir réalité si nous n'intervenons pas sur notre consommation alimentaire. Nous ne nous posons pas assez la question de ce qu'implique notre manière de nous nourrir, moi la première ! On va au supermarché, on se sert dans les rayons, « tiens un rôti à moins 50 % j'achète »... Avouez, vous vous êtes reconnu !
Pourtant tous ces aliments jouent un rôle décisif sur notre environnement, en particulier l'agriculture qu'il en découle pour les produire !
Car l'agriculture bovine est très largement responsable du réchauffement climatique, 95 % des élevages de viandes sont réalisés hors sols c'est à dire que les éleveurs font le choix de nourrir leurs animaux avec des produits issus d'autres élevages (tourtes au soja, maïs, OGM, etc.).
Jean-Luc Fressard enfonce un peu plus le clou et nous indique que « Pour produire 1Kg de bœuf, c'est 15 500 L d'eau et 30 Kg de Co2 » Outch ! Ça pique un peu …
Il rappelle que notre consommation a un véritable impact sur la planète en particulier concernant notre émission de carbone. Notre consommation de viande est disproportionnée en comparaison aux légumineuses : 2/3 de viandes contre 1/3 de légumes. Pour ce dernier cela doit impérativement changer ! Si nous souhaitons limiter nos émissions de gaz à effet de serre cela nécessite donc que nous changions nos habitudes alimentaires en privilégiant les légumes et produits bio à la traditionnelle côte de bœuf !

Mais quelles solutions ?

Face à ce constat, les conférenciers ne nous laissent pas tomber et nous proposent des solutions pour agir, chacun à notre façon et selon nos moyens.
Le transport, l'habitation ou encore l'alimentation sont les trois facteurs sur lesquels nous pouvons intervenir.

Pour Xavier Hamon, chef cuisinier et représentant du mouvement Slow-Food , il est nécessaire voir primordial de sensibiliser avant tout les chefs cuisiniers français si l'on souhaite que les choses évoluent.
Pour lui, il est impératif qu'ils changent leurs pratiques en privilégiant des produits bio, en cuisinant avec des produits de saisons et en nous réconciliant avec les légumes. Car dans l'esprit du plus grand nombre, cuisine végétarienne rime avec fade et sans saveur, si si pas la peine de nier !
La cuisine bio d'accord, mais encore faut-il que ça soit bon !
Ses propos font écho à ceux d'Elodie Vieille Blanchard qui préconise la création d'une nouvelle culture gastronomique.

Mais qu'en est-il pour les consommateurs qui souhaitent continuer à manger de la viande ?
Des solutions existent pour tous les carnivores dans l'âme qui ne peuvent se passer de leur steack frites hebdomadaire ! Pierre Hinard agriculteur, nous présente son steak d'herbe. Je n'avais jamais entendu parler de cette variété de viande, et sa particularité réside dans l'élevage de l'animal. En effet, les animaux de cette filière sont nourris exclusivement d'herbe (de manière naturelle), a contrario de nombreux élevages qui font le choix de nourrir leurs bêtes avec des produits issus d'autres agricultures.
Une alternative nous permettant de continuer à consommer de la viande tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre et notre empreinte carbone !

La conférence prend fin en rappelant qu'il est nécessaire de changer nos habitudes alimentaires rapidement !

Benjamin Pavone - Climax 2017.
Benjamin Pavone - Climax 2017

Une conférence à point

Il me semblait important de conclure en vous livrant mes impressions sur ce débat.
Comme je vous l'expliquais en début d'article je ne suis ni végétarienne, ni végane et je ne compte pas arrêter de manger de la viande.
Cependant, cette conférence m'a permis de me rendre compte que mon alimentation a un réel impact sur la planète et je ne peux fermer les yeux sur le constat qu'une autre alimentation est possible et nécessaire !
Alors demain tous végétariens ? Je ne pense pas, car nous ne pouvons imposer au plus grand nombre une nouvelle manière de consommer cependant nous pouvons tous et toutes agir à notre façon en modifiant quelque peu nos pratiques.
Cette conférence était donc très enrichissante et je vous conseille d'aller consulter la vidéo de la conférence qui se trouve en fin d'article afin de vous forger votre propre opinion.

Et surtout Bon appétit !

Mégane PENFRAT