play pause load
-

Mewtwo, ou les risques du clonage

Bonjour lecteurs !

Attention tenez-vous bien, cette semaine, pas de Zen ni de Miyazaki, c'est une promesse ! Aujourd'hui, on se tourne vers une licence japonaise qui m'intéresse tout particulièrement puisque c'est à elle que je consacre mon travail de mémoire: Pokémon. Comme nous l'avions vu dans un article précédent consacré à ce sujet, Pokémon Soleil et Lune, en route pour Alola, la licence Pokémon se permet souvent d'aborder des thématiques ou problématiques fondamentales du Japon contemporain au travers des médias qu'elle diffuse.

Aujourd'hui c'est à une créature en particulier que nous allons nous intéresser.

Who's that Pokémon ?

youtube.com
pokepedia.fr

Un très puissant pokémon de type psy, un des premiers pokémons légendaires de la licence, de la première génération, Mewtwo ! Un pokémon qui a une place assez forte dans le cœur des fans qui placent très souvent la première génération au-dessus des autres. Cela explique pourquoi il est souvent mis en avant dans les campagnes marketing de Nintendo : pour ne citer qu'un seul exemple, c'est avec lui qu'on a annoncé les méga-évolutions à la sixième génération.

Cependant, avant d'être un pokémon surpuissant, Mewtwo est un personnage à part entière avec un background des plus passionnants de toute l'histoire de la licence. A partir de là, c'est essentiellement le premier film Pokémon, Pokémon : Le Film, Mewtwo contre-attaque (Kunihiko Yuyama, 1998) qui va nous intéresser. Et dans sa version originale !

Un pokémon au cœur des problématiques de son époque.

La naissance de Mewtwo est des plus particulières puisqu'il est la première réussite d'une série de tentatives de clonages de pokémons ou d'humains. Mewtwo est en effet le clone de Mew, un autre pokémon légendaire de la première génération. Or ce n'est pas anodin que la licence se soit intéressée au clonage à ce moment là, puisque la nouvelle de la naissance de la brebis clonée Dolly est encore toute récente (1996) et l'équipe de Pokémon propose ainsi de donner son avis sur cette avancée technologique et ses conséquences.

Le discours est très vite assez évident puisque l'on nous présente les scientifiques qui travaillent sur le projet comme étant aveugles (littéralement, pour la plupart on ne voit jamais leurs yeux). Le seul moment où l'on verra le regard d'un scientifique de l'équipe sera quand il sera mis face à son erreur, après que Mewtwo ait détruit le laboratoire. Plus tard dans le film, on aura des images assez évidentes pour montrer que Giovanni, le patron de la Team Rocket qui emmène Mewtwo avec lui plus tard dans le film, se sert de lui comme d'un pantin dont le seul intérêt est sa puissance.

       Les scientifiques travaillant sur le projet Mewtwo --- L'armure conçue par Giovanni et sensée aider Mewtwo.

Clairement, c'est plutôt négatif, mais essayons de creuser un peu.

Un personnage en pleine crise identitaire.

A sa ''naissance'', les premières questions que Mewtwo se pose sont en rapport avec ses origines, à commencer par le « Qui suis-je ? » qui se répète assez souvent, mais aussi sur ses parents, il se demande si il a été créé par Dieu. Ces questions, qui dénotent une incompréhension de ses origines, engendreront une colère et une envie de destruction. Il faut bien comprendre que, dans l'idée qu'il vient de voir le jour, Mewtwo peut être assimilé à un enfant à la recherche de références rassurantes, ses parents, qui lui renverraient des sentiments positifs. Or là, à ces questionnements identitaires, les scientifiques ne lui renvoient que l'image qu'ils ont de lui, c'est à dire celle d'un Pokémon rare et puissant. Mais il n'est pas que cela, c'est avant tout un être vivant à part entière avec une conscience et qui a besoin d'être considéré comme tel.

C'est là que Mewtwo rencontre Giovanni, premier humain qui semble s'intéresser à lui, il s'en fera une figure de père. Le boss de la team Rocket se proposera de lui apprendre à contrôler ses pouvoirs mais il s'avérera vite qu'il comptait uniquement s'en servir pour sa puissance parce que de toute façon, il est un pokémon et « les pokémons sont faits pour être utilisés par les humains, ils vivent pour eux ». Ce qui va encore raviver les questionnements identitaires de Mewtwo qui se demande s'il est humain ou pokémon : « J'ai été créé par l'homme. Mais je ne suis pas humain... J'ai été créé en tant que Pokémon mais je n'en suis pas qu'un ! » Ce sont les derniers mots qu'il lâchera avant de détruire le bâtiment et de s'enfuir seul.

La rencontre avec Giovanni.

L'accomplissement dans la puissance.

Puisque l'on n'a fait que lui renvoyer cette image, Mewtwo finit par arrêter de se poser des questions et décide de se considérer comme étant le pokémon le plus puissant du Monde ainsi que le dresseur le plus puissant du Monde. Pour le montrer aux autres il convie des dresseurs puissants à venir le voir, dont le fameux Sacha du Bourg-Palette. Puis il décide de cloner leurs pokémons. De cette manière, il se créé un groupe de pairs, constitué de ces pokémons clonés.

L'île où s'est installé Mewtwo --- Les clones créés par Mewtwo qui sortent du laboratoire.
plus.google.com

Mew va alors arriver pour se battre contre Mewtwo histoire régler le problème et va, dans son discours précédant le début des hostilités (et dans la version originale seulement) réduire une nouvelle fois au rang de simples "copies" le statut de Mewtwo et des pokémons à qui ce dernier a donné naissance. Or c'est de là que vient le nœud du problème puisque ce ne sont pas juste des copies mais bien des êtres vivants à part entière avec leurs pensées, émotions, etc... Mew ne se montre pas bien plus malin que ses copains et montre lui aussi qu'il a bien envie de faire la bagarre plutôt que de faire la paix. On est loin de l'idée qu'on se faisait du petit pokémon tout mignon kawaii.

Heureusement, dans la scène la plus marquante de toute l'histoire de Pokémon (#Sacha qui meurt, #Pikachu qui pleure, #C'est beaucoup trop triste), Mewtwo va enfin découvrir chez les autres autre chose qu'un désir de puissance : un sentiment positif, de la compassion. En découvrant ces nuances de sentiments chez ses homologues clonés, il les découvre chez lui aussi, nuançant ainsi l'image du "plus balèze" qu'il avait jusque là de lui-même. C'est alors qu'il réalise l'absurdité de son projet et qu'il décide de se retirer avec les clones, évitant ainsi de se confronter au regard souvent incompréhensif des autres.

Les originaux et les clones qui se battent...  Puis Pikachu qui pleure, il le fallait ahah.

Une réflexion éthique sur le clonage.

On sait que les japonais ont été aux premières loges pour réaliser toutes les dérives possibles des nouvelles technologies. Pas étonnant qu'ils se montrent plus réticents quant aux nouveautés scientifiques et technologiques. Ici, par l'exemple de Mewtwo, la licence Pokémon nous met du point de vue du cloné pour mettre habilement en évidence le grave problème identitaire que ce procédé entraînerait sur l'être auquel on se permettrait de donner la vie. Un problème face auquel nous sommes souvent, comme les scientifiques du film, aveuglés à cause de nos volontés personnelles. Aussi sachez que tout ce discours a été largement éludé dans les versions occidentales du film. Peut être reviendrons-nous plus longuement là-dessus dans un prochain article mais, en gros, allez voir la version japonaise.

Mewtwo, ouais!!! Bravo!!!

Sur ce, je vous dis à la semaine prochaine pour un nouvel article Japon ! Et joyeux Noël ahahah!!!

Simon MORGAN