play pause load
-

Roméo Elvis : Retour sur le succès made in Bruxelles

Photo :  Scred Connexion

“Explosion du rap Belge”, “L'AGE d'Or DU RAP BELGE”

Ou encore “le rap belge dans la grande place”. Des titres que l’on peut voir régulièrement depuis une petite année. En effet, plusieurs rappeurs belges sont montés sur le devant de la scène française et ont littéralement tout écrasé ! Damso certifié triple disque de platine en quelques semaines avec son second album “Ipséité”, réalise complet dans la plupart des scènes de sa tournée. Caballero & JeanJass, déjà très proches du rap game français (Lomepal, Georgio, Nekfeu, Alpha Wann…) ont su se démarquer en créant un duo brillant qui après la sortie de leurs 2 projets et de nombreuses dates en France (leur tournée n’est toujours pas finie) laisse tout le monde unanime. Et ce ne sont que deux exemples des talents de ce pays. Aujourd’hui c’est de l’enfant prodige Roméo Elvis dont je vais vous parler.

Photo : Kévin Jordan

Père du chanteur et musicien Marka qui a collaboré avec le très connu MC Solaar (désormais ami de la famille), le chemin du rappeur aurait pu être tout tracé. Mais Roméo a tout d’abord débuté par la peinture et l’image. En effet il a été 4 ans aux Beaux-arts de Bruxelles et 3 ans dans une école de photographie. C’est dans cette première avec des amis qu’il démarre le rap et sort ses premiers sons. Il partage ses premières scènes avec un groupe bruxellois dont il est particulièrement fan : l’Or du Commun, leur rencontre s’est faite suite à l’un de leurs concerts et le courant entre eux est directement passé. Même s’il n’a jamais fait partie officiellement du groupe, Roméo Elvis se fraie un chemin vers le succès à leurs côtés jusqu’en 2013 où il sort son 1er EP.  Partons pour un petit tour des travaux de l’artiste.

2013 : Bruxelles c’est devenu la jungle

“Mes sentiments s’éparpillent dans mes textes

J’ai le coeur vide, quelle manière hostile de se présenter

Je recommence : Elvis Roméo, je suis là pour vous servir”

Tel est le début du premier morceau de l’EP. On cerne directement une première facette du personnage et son côté second degré que l’on va retrouver dans chacun de ses projets. Instrumentales classiques typées old-school, textes remplis de métaphores comme dans Le Grand Bleu : “ Ariel bosse pour le maquereau, danse pour le bar, les rascasses paient cash pour effleurer sa carcasse”. Un humour subtil mais percutant : voilà la recette de Roméo Elvis !

6 titres dont 4 featuring avec les membres de l’Or du Commun donc pour un projet solo… Il n’est pas si seul que cela. On retrouve une qualité d’écriture excellente et terriblement efficace. En bref “Bruxelles c’est devenu la jungle” c’est du rap pur et dur, conventionnel au niveau de la structure des morceaux (3 couplets, un refrain) mais s’écoute en toute légèreté et ne prédit que du bon pour ses futurs projets.

 

Linkebrousse est une référence à Linkebeek qui est une commune en banlieue de Bruxelles où Roméo Elvis a grandi.

 

2014 : Famille nombreuse

Seulement un an sépare les deux premières mixtapes mais l’évolution est présente. On retrouve encore une fois le côté rap “à l’ancienne” mais le style du rappeur s’affine, il cherche à sortir des sentiers battus.

On retrouve toujours trois des membres de l’Or du Commun, preuve qu’ils évoluent toujours ensemble. JeanJass est également sur le projet, qui fait partie comme on l’a vu avec son binôme Carabello, des grands de la nouvelle vague belge.

“J'ai passé des nuits de fous à réviser les leçons de mes cahiers

En deuxième sess', c'est vrai, mais j'ai remis le tout sans brailler

Non, j'exagère, plane dans ces estimations

Comme quand je raconte que les filles se présentent fesses à l'air”

Il utilise l’égotrip très intelligemment avec humour et dérision, il ne se prend jamais au sérieux. Comme il le dit, la Belgique n’a pas un historique ou des valeurs à respecter dans le rap (contrairement à la France), c’est donc beaucoup plus facile de se sentir libre dans le choix des sujets et la manière de les aborder.

Cet EP est pour moi une évolution du premier montrant la progression de l’artiste sans pour autant proposer une innovation totale. S’il y a un morceau que je vous conseille d’écouter c’est “Dose de cuivre (feat. Priméro)” ça kick fort sur une petite instrumentale jazz, tout ce que j’aime.



 

2016 : Morale

 

Nouveau projet pour notre rappeur à la voix rauque, et un second nom apparaît sur la couverture du CD. En effet Le Motel y est inscrit et n’est autre que le beatmaker (celui qui compose la musique) de la mixtape. Leur rencontre a eu lieu lors d’une soirée avec ses compères de l’Or du Commun. Partant d’un délire, ils ont su créer l’alchimie entre le flow de Roméo Elvis et les sonorités house du Motel pour créer Morale. Cela donne un véritable coup de fraîcheur aux morceaux qui sont beaucoup plus planants voire dansants.

Je trouve ce projet plus complet et plus audacieux que les deux premiers. Niveau musique, Le Motel réalise un travail de qualité permettant à chaque morceau d’avoir sa propre identité. Quant à Roméo Elvis, il profite de ces différents styles musicaux pour chanter durant les refrains. Mais également à s’essayer au storytelling (chanter en employant un discours narratif) avec “La voiture, Part I” et “La valise, Part II". Tout en restant dans les thèmes qu’il maîtrise comme l’amour et les relations humaines, et en apportant une morale pour toucher ses auditeurs.

 

Dans “2013” le dernier morceau du projet il nous dit:

“J’fais des sons et j’bouffe avec les sous du boulot

J’fais des tubes, j’arrive jamais au bout du rouleau”

Car oui malgré la notoriété grandissante de l’artiste, le rap ne lui permet pas encore de gagner sa vie et doit travailler en tant que caissier chez Carrefour. Mais cela est de courte durée car 5 mois après l’EP, il démissionne pour se consacrer à 100 % à son art et sort en featuring avec Caballero le son “Bruxelles Arrive” qui explose le compteur de vues sur YouTube avec plus de 8 millions de vues actuellement et lance donc officiellement sa carrière.

 

 

2017 : Morale 2

 

Dernier projet en liste (et non pas encore d’album) la suite, Morale 2, toujours avec Le Motel. On ressent que Roméo Elvis cherche à nous parler. Il sait qu’il a beaucoup plus d’auditeurs qu’auparavant. Il désire donc nous transmettre un message positif à travers ses textes. Par exemple sur la société belge avec le morceau "Nappeux" :

Bruxelles est la capitale d'un pays qui va mal

c'est ce qu'ils veulent nous faire croire à travers ces foutus journaux

On a quand même réussi à rassembler tout un troupeau

C'est l'heure de les baiser fort"

Mais tout en gardant l’humour dont il a le secret. Malgré une majorité de titres légers à l’oreille on retrouve quelques morceaux forts aux rythmes vocaux énervés comme “Sabena”. Au niveau des invités, deux retiennent particulièrement mon attention : J’attendais depuis un petit moment une collaboration avec cet artiste, Lomepal (nominé aux Victoires de la musique 2018) avec “Thalys”. Le second ou plutôt la seconde est Angèle qui apparaît sur les deux titres “J’ai vu” et “Les hommes ne pleurent pas”. Si vous ne savez qui elle est, c’est tout simplement sa petite soeur elle aussi chanteuse et très prometteuse. Allez l’écouter cela vaut vraiment le détour.

Morale 2 est pour moi un sans faute, on retrouve l’esprit de Morale 1 mais avec des sonorités encore plus recherchées au niveau des musiques mais également du timbre de voix de Roméo Elvis : lent, rapide, parlé, en anglais… La collaboration avec Le Motel reste inchangée, ces deux artistes étaient faits pour se rencontrer et composer ensemble, pour notre plus grand bonheur.

 

ET MAINTENANT ?

 Aujourd’hui à 25 ans, Roméo Elvis conquiert petit à petit le public français mais que peut-on espérer pour le futur ? D’une part le 16 février sort la réédition de “Morale 2” dont on ne connait pas encore son contenu mais qui est fortement attendu par ses fans. Il va continuer sa tournée des salles (avec un passage au Rocher de Palmer de Cenon le 13 avril) mais aussi des festivals (programmé aux Vieilles Charrues et au Garorock).

On peut également espérer voir sortir dans un futur plus ou moins proche son 1er album qui concrétiserait sa place dans le haut du panier du rap francophone. Pour finir dans une récente interview, on a pu entendre le bruit d’un projet commun entre Lomepal et Roméo Elvis,  affaire à suivre…!

 

Nicolas NOURRIT