play pause load
-

Rencontre avec Sébastien, régisseur du Millésime Festival

Événement incontournable de la scène électronique bordelaise, le Millésime Festival sera de retour sur l'Hippodrome de La Réole en 2022. Parmi les petites mains qui travaillent dans l'ombre pour offrir 2 jours de bonheur à des milliers de festivaliers, il y a Sébastien, aka Janjan, régisseur du festival.

Sébastien est le régisseur du Millésime Festival depuis 2019. Photo : Sébastien Janvier

StayAwake : Comment et quand a commencé l'aventure Millésime pour toi ?

Sébastien : J'ai d'abord rencontré Mika (un des directeurs du festival, NDLR), puis j'ai participé au Millésime dans un premier temps en tant que festivalier. Un jour, ils ont cherché à changer de régisseur, et je me suis proposé naturellement pour l'édition 2019, parce que j'adore ça et que ça reste autour de la techno, ma grande passion. C'est une belle famille et une belle histoire

SA : Parle-nous un peu de tes missions en tant que régisseur du Millésime, en quoi ça consiste ? 

S : La régie au Millésime c'est gérer tout l'aspect technique, tous les devis avec les sociétés partenaires, l'élaboration des plans, la création des scènes. Je propose aussi des idées pour la partie déco. Je gère toutes les équipes sur le site, dès l'instant où il y a quelque chose de technique, que ce soit du barriérage ou de l'électricité, par exemple. Pour les barrières je travaille en lien avec Nico, le chef de la sécurité, et sur le bar avec Yohann, pour la partie électrique. 

SA : Est-ce que tu peux nous parler un peu des nouveautés prévues pour 2022 au Millésime ?

S : On va pas tout dévoiler... (rires) Mais, il y a deux possibilités sur la grande scène : soit je reprends le plan que je n'ai pas joué l'année dernière, soit j'en élabore un nouveau. La grosse nouveauté ce sera la scène hardcore sous châpiteau. Pour la scène trance, elle évoluera pas mal en terme de son mais pas trop en terme de design. La scène techno, on va faire comme c'était prévu l'année dernière, elle deviendra une véritable troisième scène, pour que les artistes qui passent dessus se fassent autant plaisir que sur les autres. 

SA : En parlant des scènes, quelle est ta scène préférée au Millésime, et pourquoi ? 

S : La scène hardcore. Parce que c'est celle qui me plaît musicalement et où j'ai le plus de liberté créative en tant que régisseur. C'est là que je peux jouer avec les écrans. C'est un "gros jouet" en quelque sorte. Et j'adore le système son de cette scène, Funktion One, évidemment.

SA : Qu'est-ce que tu préfères dans ton métier ? 

S : Clairement ce que je préfère, c'est la mise en place des caissons. C'est le moment où on commence à allumer les premiers amplis, et ça c'est vraiment génial. 

SA : Qu'est ce que au contraire tu n'aimes pas faire ?

S : Ce que je n'aime vraiment pas faire, comme tout le monde, c'est le démontage, l'évacuation du site. On est tous très fatigué.e.s et c'est vraiment le moment le plus difficile. Sans parler de l'évacuation des poubelles... (rires)

SA : Ton artiste préféré ou un artiste que tu aimerais voir au Millésime ? 

S : C'est pas un secret, j'aimerais beaucoup voir Panda Dub. J'admire vraiment ce qu'il fait, artistiquement. C'est pas forcément sur notre créneau mais ça me plairait bien. 

SA : Une petite anecdote à nous raconter pour conclure ? 

S : On a notre petite habitude, notre petit "abuelo time". On s'appelle aux talkies avec les chefs d'équipes, on dit "abuelo time", et on se rejoint à un endroit pour se faire un petit verre de rhum. C'est l'esprit famille du Millésime. 

 

Photo d'illustration : Elise Bellot / Éligraphie 

 

Elise BELLOT