play pause load
-

Azad Lab, retour en photos sur notre découverte Toulousaine

La semaine dernière, on s’est expatrié au Rex de Toulouse pour voir le super groupe toulousain qu’est Azad Lab, jouer dans leur ville. 

Fondé fin 2011 par Clovis, le chanteur, le groupe tire son nom du mot arménien « Azad » signifiant liberté, suivi de « Lab » pour laboratoire. Leur désir d’expérimenter les styles et de briser les barrières musicales définit leur identité sous le concept d’Exploration Hip-Hop.


Le collectif Azad Lab - Crédits : StayAwake / Mathilde Soler

Le groupe toulousain explore le hip-hop en passant par l’electro, le swing, le klezmer ou encore le dub. Cet univers singulier est porté par un MC hip-hop, une chanteuse soul, une section cuivres (trompette, saxophone, trombone) et d’une section rythmique (claviers/machines, guitare, basse).

Encore peu sous les projecteurs, le collectif a pourtant pu partager la même scène que C2C ou encore Shaka Ponk. Leurs performances sont de superbes créations scéniques où la lumière joue un rôle important dans leur scénographie. Personnellement découvert il y a deux ans, par pur hasard, ce fut un coup de cœur instantané. J’attendais de ce fait l’opportunité de les voir en concert avec impatience.

??C’est donc au Rex qu’Azad Lab a donné toute l’énergie qu’il avait sur scène, face à un public plus qu’heureux d’être là. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, le groupe s’adressait à ses fans, partageant des anecdotes. Au travers des regards échangés et des mouvements des artistes, les spectateurs ressentaient la complicité qui s’émanait de la scène.


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler

Leurs chansons parfois en français, parfois en anglais ont toujours une dimension narrative, abordant divers thèmes comme le voyage, le temps, la remise en question…

Evidemment, ils ont joué certains de leurs morceaux phares comme Milky Way, dont vous pouvez retrouver le magnifique clip d’animation qui l’illustre, réalisé par Olivier Monteil et Clovis Bezies-Gros. On suit le voyage de Basile, jeune garçon rêveur qui voit un moyen de s’abandonner à ses rêveries à travers le phare du vieil ermite Octave.


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler

Issu de leur premier album Lucioles (suite à 2 EP), sorti en 2016 grâce à l’amour et au soutien de leurs fans sur leur campagne Ulule et composé de 16 superbes chansons sur le thème de la quête et de l’exploration, l’album invite l’auditeur à voyager de titre en titre, à devenir une luciole libre de voler où bon lui semble à la découverte de l’inconnu.

Parmi les autres morceaux favoris du public, je vous invite à aller écouter Red lights et Morning Sun (on notera une empreinte vocale proche d’Eminem).


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler

Un projet en cours ? Oui et pas des moindres, leur projet transmédia nommé « Cosmogonies » regroupe plusieurs collectifs venant de divers horizons (musique, beaux arts, vidéo…). L’objectif ? Mêler arts et sciences afin de créer une œuvre nouvelle et multiculturelle. La cerise sur le gâteau, sera un nouvel album réalisé au travers de ce projet, en mai 2019.

En attendant, voici leur dernier clip : 


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler


Crédits : StayAwake / Mathilde Soler

Mathilde SOLER