play pause load
-

Angèle : l'artiste à suivre en 2018

5 février 2018. Oui déjà, ça fait mal, on sait. Mais ne vous inquiétez pas, on a de quoi vous mettre du baume au coeur chez StayAwake.

Bientôt une semaine que cette jeune femme a sorti son deuxième titre, et je crois qu’elle va les avoir, mes yeux. Surtout avec ses jolis mots et ces jolies images. Vous ne comprenez rien ? Ok, je vous resitue un peu.

 

Angèle, fille de et soeur de ...

Donc, Angèle, 23 ans. Elle vient de Bruxelles, ce plat pays qui est le mien (merci Jacques Brel). Là-bas, ses parents sont plus que connus : son père Marka est chanteur, et sa mère Laurence Bibot, est comédienne. C’est dans cet environnement artistique qu’Angèle grandit, et ses parents lui font découvrir les Beatles, Prince, McSolaar, le jazz… Elle joue également du piano très tôt. Bref, tout ce qui fait qu’aujourd’hui Angèle est Angèle.

Mais Angèle c’est aussi la soeur de Roméo Elvis, son frère le plus connu, de 3 ans son aîné. Et même si elle boycottait le rap étant adolescente (ils étaient fâchés, elle et son frère, bouh), aujourd’hui, les deux chantent ensemble. D’ailleurs, n’hésitez pas à écouter le très bon “J’ai Vu”, morceau de Morale 2 du rappeur belge. Le rap est maintenant une influence importante pour la chanteuse.

 
Angèle et son frère en live, avec "J'ai Vu"

Angèle : une ascension accélérée

A 19 ans, elle quitte l’école pour se consacrer à la chanson, et se met a poser sa voix sur ses mélodies. Elle compose déjà quelques morceaux, principalement en anglais. Mais ce qui va la faire petit à petit connaître, ce sont ses covers, mélant humour et chant, sur son Instagram. Puis viennent des prestations live sur YouTube, notamment sur Sofar Sounds, avec son cover de Bruxelles, de Dick Annegarn. Suit évidemment le featuring avec son frère (NDLR : J’ai Vu), et Angèle nous tease un EP bientôt prêt.

En plus de ces premiers pas, le rappeur Damso lui offre l’opportunité de jouer ses premières parties. Ce qu’Angèle accepte évidemment, et comme elle dit, “j’ai un pied dans le rap game, mais je suis pas dans le rap game”; c’est vrai que le public l’accueille comme il se doit, et ces premières parties lui forgent l’expérience de la scène.

 

Angèle : la malchance chanceuse

Et puis, vient le premier morceau : La Loi de Murphy. Nous sommes le 23 octobre 2017, et le titre va petit à petit faire un carton chez les 18-25 ans. Un doux mélange entre français parlé et anglais sur le refrain : finalement un juste milieu pour passer des premières compositions en anglais, à cette envie d’écrire des textes français. Le texte qui explique d’ailleurs la loi de Murphy : tout ce qui peut mal tourner, tournera mal ; ici, l'auteure nous exprime tous les petits détails rageants de sa vie, et un peu de la nôtre aussi d'ailleurs. Le morceau a une couleur électro-pop, avec un certain son jazz moderne… Bref, une musique nouvelle, tendance, plus qu'intégrée dans son époque.

 

Angèle va ensuite se produire dans quelques petits lieux (comme au Bars En Trans à Rennes) ou dans de grands lieux (comme au Music for Life de Bruxelles), où tout le monde (ou presque) connaît les paroles de sa chanson.

 
"La pluie a décidé d'enterrer mon brushing..."

Angèle : Je veux tes yeux

Comme je vous le disais, bientôt une semaine que cette jeune femme a sorti son deuxième titre : Je veux tes yeux. Et encore une fois, une claque. Ou peut-être le revers de la première. Ce qui me choque, c'est sa façon d'être, et de faire, sa démarche. Elle est tellement dans la tendance 2018, que je me demande si elle n’est pas en avance.

D'abord, les paroles. Cette fois tout en français, un joli texte qui nous raconte une histoire, celle de quelqu'un de timide qui utilise les sites de rencontre, mais ne passe pas du virtuel au réel, de peur de la réalité. En fait, c'est une petite critique joliment écrite sur la façon dont les sites de rencontre sont utilisés, que nous fait ici la chanteuse.  

Et puis la musique : encore une fois, ça ne laisse pas indifférent. Une sorte de mélange entre l’électro, la pop, et un son toujours jazz assez vintage. Mais en plus du premier morceau, on retrouve quelques cuivres discrets qui donnent au titre un aspect plus chanson française. Une musique qui colle aussi parfaitement au texte, un brin maléfique, sournoise et dérangeante.

 

Enfin, ce clip. Comme pour la Loi de Murphy, Angèle a travaillé avec Charlotte Abramow, photographe et amie de la chanteuse. La couleur principale est évidemment le rouge, synonyme de l'amour. L’esthétique est magnifique, dans les codes actuels, l'exécution et la réalisation sont parfaites. Et pour toujours plus coller au texte et à la musique, certains plans deviennent assez étranges ou dérangeants (les yeux en gros plans, c'est joli, mais je vous promets que la première fois ça fait bizarre), comme ce passage (ci-dessous) où Angèle émiette une espèce de gélatine noire sur fond d'assiettes blanches, rappelant des yeux…

 
Un des plans du clip "Je veux tes yeux", réalisé par Charlotte Abramow

Bref, je vous laisse juger par vous-même, en tout cas, vous ne pouvez et ne pourrez pas passer à côté de cette chanteuse émergente en 2018. Et si j'en fais trop, dites-le moi.

 

De mon côté, je vous laisse, et vais aller les lui donner, mes yeux.

Louis BONNIN