play pause load
-

Escape From Tarkov, made in Russia

Même s’il se fait très discret, Escape From Tarkov semble promettre bien des choses. Si l’on devait résumer ses ambitions, il nous faudrait le qualifier de MMORPGFPS… Oui, c’est une appellation totalement imbuvable mais pourtant, l’idée est là.

Sous représentée dans l’univers vidéoludique, la mère Russie parviendra peut-être à sortir de l’ombre grâce aux petits gars de Battlestate Games. En effet, ces derniers développent actuellement Escape From Tarkov. À première vue, on a affaire au FPS type, axé gunfight. Classique, me direz-vous et certains le font déjà très bien. Mais au fil des quelques minutes de vidéo, on ne peut s’empêcher de constater l’absence d’un ATH, de retours fréquents dans l’inventaire et le protagoniste controlé par le joueur semble mettre un certain temps à recharger son Kalash… Non, ce FPS a bel et bien ce petit « truc » en plus, si j’ose l’appeler ainsi. Relativement éloigné du classicisme auquel nous pourrions nous attendre, le titre dévoile peu à peu ses atours, quitte à en déstabiliser les fidèles du genre que nous sommes, ou avons pu être.

Au centre du gameplay : le réalisme. Exit donc le radar et autre mini-carte dynamique, seul votre écoute et perception de l’environnement pourra vous éviter la fatale balle dans la nuque. D’ailleurs, face à vous pourront se tenir à la fois bots mais aussi joueurs en quête d’un meilleur loot.

Des alliances, éphémères ou durables, pourront ainsi se former afin d’explorer les quelques kilomètres de map mis à notre disposition et en découvrir les secrets. Bien sûr, si vous vous sentez l’âme d’un loup solitaire, libre à vous de vous « débarrasser » de vos compagnons d’infortune…

Sachez seulement que vous en paierez les conséquences puisqu’un système de karma sera mis en place afin de récompenser la confiance et de punir l’insolence (c’est pour la rime). En parlant de ce qui pourrait vous tuer, les besoins naturels de tout humain pourront également vous amputer de quelques points de vie, si ce n’est vous mener au trépas… Il vous faudra donc surveiller le degré de sanité de votre avatar ainsi que les attributs correspondants tels que l’hydratation, les infections, les hémorragies et l’état de santé en général. Nous avons donc affaire à un jeu qui endosse, comme énormément d’autres soft en ce moment (à croire que c’est la mode), l’étrange mais non moins très recherchée veste du survival. De ce fait, munitions, armes et autres éléments de première nécessité seront à récolter ici et là au gré de vos pérégrinations dans la ville fictive de Tarkov. La mort sera donc punitive et vous obligera à délaisser l’intégralité de votre stuff, si durement acquis.

Si pondération et circonspection sont de mise, vous pourrez également compter sur un arbre de compétences conséquent afin de prendre le pas sur vos adversaires. Ce dernier s’étoffera par la répétition de certaines actions et optimisera autant vos capacités de combat, que votre habileté à survivre.

-

Sachant qu’une fusillade peut très bien surgir au détour d’un couloir ou bien à la lisière d’une forêt, il vous faudra correctement vous préparer au préalable. Pour cela, le studio prévoit de mettre à notre disposition l’éditeur de customisation d’arme le plus poussé jusqu’à aujourd’hui.

 

Si cette belle promesse se révèle véridique, nous pourrons changer, un à un, chacun des éléments composant notre arme en passant du simple organe de visée, à la queue de détente. D’autre part, il semble qu’un réel travail de recherche en matière de balistique et de réalisme ait été exécuté en ce qui concerne notre arsenal, offrant ainsi cet aspect simulation au soft.

Si le titre n’a dévoilé qu’une partie de son open world à ce jour, ce dernier se veut assez grand et l’aventure, scénarisée. Il y a également fort à parier que la partie prépondérante du background nous sera contée par le biais de documents et autres témoignages disséminés aux quatre coins de Tarkov et qu’il nous faudra récolter. Cependant, nous savons qu’il nous faudra choisir un personnage de départ, appartenant soit à l’USEC, soit au BEAR. Ces deux SMP, engagées par deux camps aux intérêts différents, seront au coeur de l’intrigue. Toutefois, certains habitants de la région se sont rassemblés afin de former une milice locale. Appelés les Scavengers (c’est comme les Avengers, mais en moins sympas), ces IA n’hésiteront pas à vous coller quelques bâtons dans les roues si vous vous faites trop remarquer. Il sera cependant possible d’incarner un Scav dans certains modes de jeu. Vous partirez alors avec un stuff « de base » et vos découvertes pourront venir s’ajouter à l’équipement de votre personnage principal sans que la mort ne signifie un reset de votre inventaire.

Si, pour le moment, quelques vidéos ont pu parvenir jusqu’à nous, on ne peut s’empêcher de rester dubitatif quant à la pérennité du titre ainsi qu’à certaines features pouvant se révéler plus agaçantes qu’autre chose. À surveiller avec attention donc…

Sur ce, nous nous retrouverons très prochainement mais en attendant… Bisouw !

Jérémy BESSONIES