play pause load
-

SAO : un vrai jeu pour bientôt ?

SAO, le fantasme de tous les gamers, est sur le point de voir le jour ! C'est le défi lancé par le constructeur IBM, qui a annoncé en février son projet de VRMMO nommé Sword Art Online : The Beginning. Derrière cet acronyme un peu barbare pour les non-initiés se cache un jeu vidéo massivement multijoueurs en réalité virtuelle. Un challenge colossal mais pas impossible puisque celui-ci a connu un alpha test en petit comité du 18 au 20 mars derniers. Alors, bientôt une vie tout en virtualité ?

 

Sword Art Online : quand la virtualité prend le pas sur la réalité

Pour les moins avertis, SAO est à l'origine un roman japonais racontant l'histoire de personnes qui vont jouer au jeu Sword Art Online et se retrouver malgré elles coincées à l'intérieur du VRMMORPG (Virtual Reality Massive Multiplayer Online Role Playing Game). Ce nouveau genre vidéoludique peut être joué grâce à un casque appelé le Nerve Gear qui occulte entièrement les 5 sens du corps humains. Que ce soit les capacités de mouvement, la vue, le goût ou le toucher, toutes les fonctions primaires sont transférées dans SAO pour une expérience de jeu immersive sans précédent. Les joueurs n'ont alors qu'à s'allonger le casque sur les yeux et c'est parti !

Les détails d'un MMO classique sont au rendez-vous, comme la barre de vie, la feuille de personnage avec les caractéristiques, les combats contre les monstres... Le tout constituant un univers hors normes, où vous incarnez et contrôlez un avatar comme si c'était votre propre corps. Et parce que le principe est trop beau pour être parfait, le revers de la médaille est l'incapacité des joueurs à se déconnecter du jeu. Pire encore, toute mort virtuelle entraine une mort réelle ! Depuis ses débuts en 2009, la franchise a rencontré un tel succès qu'elle a fait l'objet de maintes adaptations en mangas, animes, films, jeux vidéo... jusqu'à présent où les progrès technologiques permettent de lui rendre hommage à travers le concept abordé par le scénario : le VRMMO.

 

La folle ambition du VRMMO par IBM

Parlons peu, parlons bien. Le géant américain a clairement annoncé en février être en train d'élaborer un véritable VRMMORPG sous les traits de SAO. Une première dans le monde du jeu vidéo et de la réalité virtuelle, dont les gamers ne manqueront pas d'observer la progression, et encore moins l'impressionnante communauté de fans. Pour se faire, IBM associe la réalité virtuelle de systèmes opérationnels à ce jour comme l'Occulus Rift, ainsi que les technologies développées par la firme à l'image de l'entité logicielle cognitive appelée Watson. La combinaison de ces éléments et le savoir-faire des professionnels devraient aboutir sur le long terme à un jeu dont l'immersion est totale.

Les participants à l'alpha test sont d'ailleurs unanimes : l'expérience dépasse leurs espérances. Équipés d'un casque de réalité virtuelle semblable au Nerve Gear de SAO, les Tokyoïtes ont eu la chance de fouler l'Aincrad (le monde original de SAO) et d'évoluer en petit groupe de 4-5 personnes comme s'ils y étaient vraiment. Le corps scanné en 3D, chaque participant s'est retrouvé en jeu avec un avatar à son image. IBM souhaite développer un système cognitif capable de réagir aux prises de décisions humaines et utiliser la technologie Cloud "Soft Layer" pour enrichir constamment le jeu. Ainsi donc, un véritable SAO pourrait bien émerger de ces premiers tests... De quoi donner matière à l'industrie du jeu vidéo, aux professionnels des nouvelles technologies mais aussi aux scientifiques, de plancher sur des concepts innovants et novateurs.

 

Un SAO grandeur nature, mais...

... qui risque d'en rester au stade d'une démonstration de quelques minutes. Tous les efforts déployés chercheraient simplement à prouver l'utilité et l'efficacité des technologies d'IBM dans le domaine du jeu vidéo. Shun Kobuta, le rédacteur en chef de Mogura VR, a affirmé récemment que le véritable but de Sword Art Online : The Beginning consiste à montrer les usages potentiels des systèmes du constructeur. Il a également souligné le fait qu'il s'agissait avant tout d'un test marketing pour promouvoir à la fois Watson, la réalité virtuelle et SAO. Une nouvelle profondément décevante pour tous ceux qui rêvent de se prendre un jour pour Kirito... Mais qui sait ? L'expérience s'annonce tellement positive qu'elle pourrait bien inciter les studios et autres professionnels du secteur à se lancer dans le projet fou de la virtualité... Affaire à suivre donc, en espérant qu'un éventuel VRMMO autorise la déconnexion pour en sortir !

Eva MORIN-MARECHAL