play pause load
-

Le Lopifit, ou l'art de faire du vélo sans pédaler

Vous aimez le vélo ? Vous adorez courir ? Et bien, vous allez être comblé par la dernière innovation que je vous ai dénichée ! Chaleureusement dénommé Lopifit, cet appareil d'origine néerlandaise (d'où le nom un brin particulier) conjugue intelligemment vélo, tapis de course et trottinette. Encore un nouveau moyen de transport personnel sur les routes qui va faire parler de lui !

"Une toute nouvelle façon de se déplacer"

Tout a commencé dans le garage de Bruin Bergmeester, l'inventeur du Lopifit, alors qu'il s'exerçait avec son cross trainer (un genre de machine elliptique) : au lieu de rester cloîtré entre 4 murs, il se demanda quel serait le meilleur moyen d'allier le confort d'un tapis de course au plaisir du paysage en extérieur. De cette envie est né le concept du Lopifit, un deux-roues électrique dont le tapis roulant remplace les pédales. Le résultat n'a pas manqué d'attirer l'attention du monde entier dès lors que le fondateur s'est élancé sur la route en compagnie de ce "vélo à marcher".

Pour se déplacer avec le Lopifit, rien de bien sorcier. On pose les mains sur les guidons, puis il suffit d'actionner le mouvement en marchant sur la plateforme dotée d'un petit tapis roulant sur-mesure. L'action motrice déclenche ainsi une dynamo, qui vient alimenter en énergie le moteur électrique relié à la roue arrière, l'ensemble créant une synergie mécanique et électrique permettant au vélo d'avancer. Une batterie s'ajoute au dispositif pour assurer une autonomie comprise entre 30 et 40 kilomètres. Il ne faut cependant pas compter sur le Lopifit pour se mouvoir très vite, la vitesse maximale n'excédant pas 25km/h.

Marcher à vélo : le cyclisme révolutionné ?

Les Pays-Bas sont réputés pour leurs infrastructures particulièrement adaptées aux déplacements à bicyclette, mais rien ne dit que le dispositif va trouver son public en dehors de cette zone européenne. Cette invention pour le moins originale illustre parfaitement la phrase prononcée par Neil Armstrong lors des premiers pas sur la lune : "imaginez un monde où nous marchons à 20km/h". Certes, le pari est tenu avec le Lopifit. Mais ce genre d'engin à mobilité douce a-t-il réellement sa place dans les déplacements des utilisateurs ?

Pour l'heure, si le Lopifit semble bien parti pour gagner le quotidien des Néerlandais, d'autres citoyens européens pourraient éventuellement s'y intéresser. En France par exemple, de plus en plus d'infrastructures sont développées pour permettre la circulation à vélo, qu'il s'agisse des itinéraires touristiques ou plus urbains. On peut citer la Vélodyssée, cette véloroute qui s'étend sur 1 200 kilomètres le long de la côte Atlantique, ou encore le défi de transformer la capitale en l'une des premières villes mondiales pour la circulation des cyclistes d'ici 2020. Avec le développement des ressources adéquates, il se pourrait bien que le Lopifit trouve progressivement des acquéreurs.


Ainsi, l'ingéniosité du système peut être saluée dans l'immédiat, mais il faudra attendre de voir sur le long terme si le Lopifit séduira les utilisateurs au point de rentrer dans leurs habitudes. Notez également son prix : pas moins de 1 899€ pour choisir son modèle parmi les 6 coloris actuellement disponibles. Pour ma part, et pour le moment, je reste fidèle (et mon porte-monnaie aussi !) à mon vieux vélo classique qui a fait ses preuves.

Eva MORIN-MARECHAL