play pause load
-

Un sans faute pour le Dream Nation Festival !

Le week-end dernier, Stayawake Bordeaux est parti dans la capitale pour un événement dont on entend parler depuis quelques éditions et on avait vraiment hâte d’y participer ! Samedi 21 septembre, c’est à la 6ème édition du Dream Nation Festival que nous nous sommes rendu et comme on l’espérait, ils ont placé la barre très haute !

 

Une bien belle affiche pour cette édition 2019 !

Direction les Docks de Paris un peu avant minuit, afin de rejoindre les 15 000 festivaliers prêts à festoyer jusqu’au petit matin ! Malgré le monde déjà présent, l’entrée est fluide et on atterrit très vite dans l’enceinte du festival. Un rapide tour du propriétaire et il n’en faut pas plus pour être impressionné des moyens mis en place au niveau des scènes. C’est beau, même très beau et ça ne donne qu’une envie, aller danser !  Au programme : plus de 40 artistes, répartis dans 4 salles, 4 ambiances : Trance, Hard Music, Bass Music et Techno. Ajouté à cela un bon espace extérieur pour se poser et se restaurer (avec une petite 5ème scène), on ne peut passer qu’une bonne soirée ! 

 

Les festivaliers ont répondu présent à l'appel ! - Crédit : Désignatic

Nos jambes n’en peuvent plus d’attendre, on se dirige immédiatement vers la Bass Music Stage pour le duo Downlink x Phaseone ! Lasers, lights, panneau LED… tout y est pour en prendre plein la vue… Mais également plein les oreilles, avec la dubstep robotique du Canadien ainsi que l’étoile montante PhaseOne et leur set tout en puissance. On recharge nos verres et on repart ! L’avantage au bar, c’est que l’on peut payer rapidement avec l’application Lyf Pay, peu d’attente donc plus d’éclate ! 

 

Souffle coupé devant la Bass Stage - Crédit : Désignatic

On se dirige vers la Trance Stage avec le Californien Mad Maxx, pour une séance de galopage en bonne et due forme. Les grands panneaux LED en fond de scène forment une explosion de couleurs psychédéliques. Ajouté à cela l’artiste totalement on fire et un set de haut vol, l’ambiance plus la bonne humeur sont au rendez-vous ! 

 

Du psyché à souhait sur la Trance Stage ! - Crédit : Mclmpht

Retour à la Bass Stage pour le show de Delta Heavy, accompagné d’un Mc que l’on connaît bien dans notre région, MC Youthstar ! Le duo anglais nous propose un mariage parfait entre dubstep et drum & n’bass. Une belle synergie entre les dj’s et le Mc créant un set bourré d’énergie, à en faire jumper tous les festivaliers présents dans la salle.

 Le temps passe vite il est déjà 4h du matin, c’est maintenant l’heure d’aller sur la Hard Stage pour applaudir Billx. Figure de la scène hardtek / frenchcore française avec ses savants mélanges Psy to Hard. L’artiste démarre en beauté avec un clapping géant suivi d’un gros kick à en réveiller un mort, c’est parti pour une heure de défouloir. La grande arche de lumière qui sert de décor nous amène tout droit dans une autre dimension.

 

L'arrivée fracassante de Billx - Crédit : StayAwake - Nicolas Nourrit

Petite pause afin de reprendre nos esprits, toutes les salles résonnent mais sans jamais se gêner les unes les autres, bien que la Trance Stage et la Bass Stage soient collées.

 Dernière ligne droite avec Andy the Core, pour un set hardcore bien brutal. De montée en montée et de kick en kick, l’artiste italien ne nous ménage pas et compte nous faire taper du pied jusqu’à la dernière seconde du festival. Un beau bouquet final qui aura eu le mérite de nous casser les jambes une bonne fois pour toute ! 

 

La Techno Stage régale également !  - Crédit : Mclmpht

C’est lessivé mais des étoiles plein les yeux que l’on quitte cette merveilleuse édition du Dream Nation festival. Au-delà de la line-up, des décors et des shows de lumières qui nous ont clairement fait rêver, l’organisation est juste impeccable. Que ce soit à l’entrée, pour aller aux toilettes, manger ou boire, tout se fait avec une fluidité assez rare. Ce festival est organisé par des passionnés de musiques électroniques, pour des passionnés de musiques électroniques ! Nous n’avons malheureusement pas pu nous rendre à l’opening et le closing qui se sont fait la veille et le lendemain de cette soirée, mais au vu de ce que l’on a pu entendre ils ont été tout autant réussis. On ne peut que vous conseiller d’y aller les yeux fermés pour l’édition 2020, en tout cas nous on y sera !  

À l'année prochaine  !  - Crédit : Désignatic

Nicolas NOURRIT