play pause load
-

On était au Dream Nation Festival 2021… Et c’était incroyable !

Une première édition en plein air, des retrouvailles fêtées avec succès, des étoiles plein les yeux, du bon son plein les oreilles… Nous voici de retour du Dream Nation Festival 2021 le sourire aux lèvres ! 

Un public survolté au Dream Nation Festival ! Photo : Eligraphie  / Elise Bellot

Un vendredi à camper devant la Hard Stage

On arrive dès l’ouverture pour ne pas manquer une miette des 9 heures de son qui nous attendent pour ce premier soir de festival. De plus, ce soir, il y a notre style de prédilection, la Hard Music et on compte y poser notre tente toute la soirée ! De plus, la scénographie tout en panneaux LED est juste monstrueuse. 

Juste le temps d’aller faire un tour du propriétaire, admirer les belles scènes, se chercher une petite bière et c’est parti pour le set de Insuspect ! C’est le gagnant du Dj contest du Dream Nation en Hardcore, donc présent pour faire ses preuves ! Hardstyle, Hardcore, Uptempo tous les styles s’enchaînent et c’est un Warm Up réussi. Il laisse place ensuite à deux jeunes producteurs français talentueux, Venom et Vortek’s. Malgré les bonnes performances des deux côtés, on reste un peu sur notre faim car on s’attendait à un réel B2B mais nous n’avons eu que deux petits sets de 30 minutes chacun. Tant pis ! De toute façon, ça s’enchaîne vite avec la pépite de la Hardstyle hollandaise : Act of Rage. Il n’est que 22 heures et pourtant ça cogne déjà fort !  

Act of Rage, tout en énergie ! Photo : Eligraphie  / Elise Bellot

La soirée peut réellement démarrer et on est partis pour près de 7 heures de kicks incisifs. Warface prend la relève pour sa première à Paris en festival ! Puis vient le tour de Rooler, une réelle claque, l’un des meilleurs set Hardcore qu’il nous a été donné de voir depuis fort longtemps. Un régal. Une courte pause s’impose et nous changeons enfin de scène pour la New Track Stage. Mais pas de panique, c’est pour jumper sur le set du créateur de la Frapcore Von Bikräv ! On revient vers la Hard Stage pour un B2B Frenchcore très attendu : Radium et Maissouille. Nos jambes commencent à nous lâcher, mais tant pis le son est tellement bon qu’on en oublie le reste ! Sans transition, Le Bask fait son apparition. Une référence sur la scène Hardcore française depuis les années 90 qui ne manque pas de nous rappeler que les anciens sont encore présents pour tout casser. On atterri en douceur pour ce premier jour au parc des expositions Paris le Bourget avec Pawlowski sur la scène New Track Stage pour un dernier set dans l’univers rave des années 90, une véritable pépite. 

Des performeurs de qualité ! Photo : Eligraphie  / Elise Bellot

UN VOYAGE PSYCHÉDÉLIQUE POUR UN SAMEDI RéUSSI

Reposés et prêts à en découdre pour cette seconde partie du Dream Nation Festival. Ce soir changement style, c’est la Trance Music, la Bass Music et le collectif Raw qui sont à l’honneur. On arrive un peu plus tard que la veille, mais tout pile pour le début du set de Roüge sur la Raw Stage avec sa techno aux basses profondes et ses tracks énergiques. Rendez-vous à la Trance Stage aux visuels psychédéliques pour un groupe mythique : Hilight Tribe. Malgré plus de 20 ans de carrière, le groupe est déchaîné et soulève la foule. Leur Natural Trance met clairement tout le monde d’accord. Graviity prend la suite, quelques coupures de son gâche un peu le set de l’extra-terrestre de la Trance, mais il se rattrape plus que bien. Des drops énergiques, des kicks rebondissants, tout est présent pour passer un bon moment ! 

Des visuels à couper le souffle ! Photo : Eligraphie  / Elise Bellot

Il est enfin temps de tester la dernière scène, la Bass Music Stage avec le duo français le plus connu dans le milieu Dubstep : Dirtyphonics. Leur énergie est monstrueuse, de véritable bêtes de scène, on en prend plein les yeux et les oreilles ! On termine notre voyage avec deux grands noms de la Psytrance : Avalon une référence dans le style. Malgré nos jambes épuisées, il nous est impossible de ne pas danser au rythme de sa Trance psychédélique à souhait ! Et Ajja, la vedette de la scène Suisse qui nous aura fait groover jusqu’à la dernière note de son set. On s’autorise enfin une grande pause pour finir tranquillement la soirée et boire un dernier verre avec tous nos amis venus en nombre pour cet événement incroyable !

Un lieu incroyable ! Photo : Eligraphie  / Elise Bellot

Un grand merci à toute l’équipe du Dream Nation pour nous avoir accueillis à bras ouverts. Le lieu collé à l’aéroport du Bourget était magnifique (on pouvait même y voir les avions atterrir tout au long de la nuit et une fusée en exposition derrière le site). L’organisation était au top, à tous les niveaux. Il y avait de la place pour circuler, pour danser, assez de bars et de stands de nourriture pour ne pas faire la queue trop longtemps (mis à part pour les burgers, mais il faut dire qu’ils étaient vraiment bons !).  Les visuels, les performeurs et surtout tous les artistes nous ont offert un show de folie durant ce week-end. On a juste trouvé le bar un peu cher, mais on est dans la capitale aussi, on ne peut pas tout avoir ! On a déjà hâte d’être à l’année prochaine pour une nouvelle édition de ce festival de haute voltige, en tout cas pour StayAwake c’est validé et on vous le recommande chaudement ! 

Photo de couverture : ©tribudenuit.com ©tomophotograpics

Nicolas NOURRIT