play pause load
-

L'ODP Festival : carton plein pour la 3ème édition!

Les 3, 4 et 5 juin derniers, StayAwake eu la chance de participer aux trois soirs du festival ODP. Retour sur 3 jours de fête autour d'une jolie cause, au milieu de familles et d'uniformes noirs à liserés rouges.


Public de l'ODP - Crédit : Festival ODP / Studio Art Photographe

Quentin vous l'avait présenté ici il y a quelques temps, l'ODP a eu lieu ce week-end au Parc Peixotto de Talence (33), du samedi au lundi.  Sur 3 jours, 350 bénévoles ont effectué un travail de folie pour que les festivités se déroulent au mieux. Les 19.000 festivaliers ont pu apprécier tout au long de ce week-end un village ludique animé par des bénévoles et des professionnels d'une extrême gentillesse (Adrianne, si tu lis cet article, merci pour ta visite guidée des camions d'intervention, ton écoute et ta sympathie!).

Maintenant, je vais vous raconter mon expérience, avec déjà beaucoup de nostalgie... Vivement l'année prochaine!

Jour 1:

Premier soir à l'ODP, et première expérience de ce festival pour ma part. J'arrive dans un village fait d'une dizaine de food trucks (du burger au wrap végé en passant par les bouchons de la Réunion, il y en avait pour tous les goûts!) et de stands divers et variés: un pompier de formation présentait une partie de sa collection de pièces en rapport avec le métier, issues de plus d'une centaine de pays différents. Des pompiers, dont Adrianne, faisaient visiter aux festivaliers qui le désiraient deux camions d'intervention (accidents et feux urbains) et expliquaient l'utilité et le fonctionnement de leur matériel.  

Scène de l'ODP Festival - Source: Charlotte Charrère

Pour ouvrir les festivités côté scène, l'ODP a fait confiance à Romain Humeau, chanteur et guitariste du groupe de rock Eiffel. Ses textes justes et proches de l'humain ont touché les festivaliers, après avoir conquis les internautes.
À sa suite, l'étoile montante Claudio Capéo, accompagné de son groupe de potes musiciens, a éveillé les sens du public. N'étant pas forcément fan de la première heure, j'ai découvert ici un véritable artiste, avec une extrême sensibilité (et un charme excessivement excessif, je dois bien l'avouer... héhéhé!) 
Puis, Vianney est arrivé. Et là, ce fut une révélation: alors que je m'attendais à une petite baisse de régime, au regard de son show composé uniquement de lui et de sa guitare. Finalement, on découvre un Vianney showman, plein d'humour, qui occupe pleinement la scène immense installée dans le parc à l'occasion du festival. L'ambiance était de mise pour ce premier soir, et prometteuse pour les deux soirs à venir...

Vianney sur la scène de l'ODP - Crédit : Festival ODP / Studio Art Photographe

jour 2:

Ce soir là, la billeterie affichait complet. La météo est devenue clémente à l'issue de la prestation de La Féline. Ayant été absorbée par le DJ Set endiablé du duo 45 Tours Mon Amour sur la petite scène placée au niveau du bar et des food trucs, j'ai loupé une bonne partie de la prestation de La Féline. Cependant, il ne m'a pas fallu bien longtemps pour être captivée par sa cold wave à tendance minimale, d'une extrême sensualité... 


À sa suite, Imany a imposé sa voix puissante, avec une remarquable reprise de "Bohemian Rhapsody" du groupe Queen. Et son "Don't be so shy" nous a fait frissonner. Cette artiste, déjà engagée dans la lutte contre l'endométriose, a suscité l'émotion en abordant son plaisir d'être présente à l'ODP, rapport à son père pompier dans l'armée de l'air. La cause de l'ODP était alors également la sienne.

Après cette prestation forte et émouvante, la chanteuse Jain est montée sur scène. L'ayant déjà vue en novembre dernier à la Médoquine de Talence, j'ai alors assisté à un show ayant fait peau neuve, avec une scénographie démentielle et de nouveaux accolytes: en effet, Jain n'était plus seule, uniquement accompagnée de son "micro magique" comme elle le nomme et de sa console audio-numérique lui permettant de mixer des sons. Des musiciens la suivent désormais sur ses dates, rajoutant une petite touche sympathique à son spectacle. 

Jain sur la scène de l'ODP Festival - Crédit : Festival ODP / Studio Art Photographe

JOUR 3:

Dernier jour de festival. "Le soleil brille, les oiseaux chantent", comme dirait l'autre. La foule se presse déjà aux barrières en attendant Octave Noire, ou Patrick Moriceau de son vrai nom. Pop et électronique vintage se mélangent pour créer une sonorité savante et poignante. 

Couverture de l'album Néon de Octave Noire

Et puis, est arrivée la grande, l'unique, Madame Catherine Ringer. Chanteuse du groupe Ritas Mitsouko, qu'elle formait avec son mari Fred Chichin. A bientôt 60 ans, cette artiste hors norme et hors pair a sû réunir un public inter-générationnel autour de son répertoire "neuf", mais aussi de tubes que l'on ne présente plus tels que "Marcia Baila", ou encore "Andy"; ce dernier morceau ayant été présenté à la foule avec un petit jeu entre la chanteuse et un régisseur. Andy s'appellerait donc Marc... Une prestation captivante et riche en émotion, provoquant un rappel et des applaudissements qui auraient pu durer la nuit entière si cela avait été possible, tellement la communion entre Catherine Ringer et ses musiciens et le public était puissante.


Catherine Ringer et ses musiciens sur la scène de l'ODP Festival - Crédit : Festival ODP / Studio Art Photographe

Pour conclure ce festival, Julien Doré nous a servi l'apothéose, le clou du spectacle, le summum du plaisir artistique:  alors que je m'attendais à une prestation "à la Vianney", avec guitare et voix comme uniques outils, nous avons pu assister à une gigantesque représentation, dans tous les sens du terme, à base de confettis, d'une moto, d'un panda, et surtout, beaucoup, beaucoup, beaucoup de love. Le public était conquis. Et moi aussi. (Keur sur toi Juju <3)

Julien Doré sur la scène de l'ODP Festival - Crédit : Festival ODP / Studio Art Photographe

Le festival est achevé depuis 2 jours, et pourtant nous sommes déjà impatients d'être en 2018 pour retrouver ce super festival, à taille humaine, mais qui brille d'une grandeur humaniste impressionante, de par sa programmation détonante, ses bénévoles au grand coeur et sa cause juste qui mériterait d'être médiatisée encore plus qu'elle ne l'est déjà...

N'hésitez pas à aller soutenir l'ODP sur les réseaux sociaux et à aller faire un tour sur leur site internet afin d'en savoir plus sur leur cause, à savoir l'aide des orphelins de sapeurs pompiers dévoués à leur profession. Leur objectif est d'aider les enfants, mais également les familles ayant souffert de la perte d'un des leurs suite à l'exercice de ses fonctions, en allouant des aides financières mais aussi morales, et en aidant les enfants à grandir le mieux possibles et à réaliser leurs rêves. 

See you next year, Oeuvre des Pupilles!

Charlotte CHARRÈRE