play pause load
-

Jalles House Rock 2018 : On fête le rock à Saint Médard en Jalles !

Non le rock n’est pas mort en 2018 et le Jalles House Rock est là pour nous le rappeler ! Les 6 et 7 juillet c’est à Saint Médard en Jalles qu’il fallait être !

 

Ça va swinguer ! / Crédit photo : Stayawake - Satitipartenlive

Depuis plus d’une décennie maintenant, l’association l’Estran et la ville de Saint Médard en Jalles s’associent chaque année afin de nous offrir un festival digne de ce nom en mettant un point d’honneur sur ce courant musical qu’ils affectionnent tant. Des groupes locaux, des découvertes et des têtes d’affiche, des années 50 à aujourd’hui… Le JHR réussi le pari année après année de nous proposer une programmation de qualité pour toutes les bourses, en effet le festival propose une entrée prix libre ! Mais le JHR ce n’est pas seulement de la musique : le village rock met en avant les créateurs locaux, des expositions, un ciné débat, un apéro brunch… Bref l’événement propose une expérience complète toujours basée sur la découverte et la convivialité !

  

 

Vendredi 6 juillet : début des hostilités ! 

 On arrive pour les quarts de finale de la coupe du monde de football avec le match France-Uruguay sur écran géant dans l’herbe, sous le soleil avec une petite bière. Les habitants de Saint Médard sont venus en masse supporter l’équipe de France ! Même sans être amateurs de foot, on est parfaitement bien pour profiter de cette fin d’après-midi ensoleillée.

 Mais une fois le sport terminé, place au rock ! On démarre local avec Hope Dawn ! Ce groupe de rock à l’énergie électrisante ouvre parfaitement le bal. Peu de festivaliers osent encore s’aventurer devant la scène mais les 1ers commencent à bouger la tête pour encourager ce quatuor originaire de Bordeaux ! Un autre quatuor, mais plus pop : Métro Verlaine. Une pop sauvage pour nous mettre dans le bain une bonne fois pour toutes. La chanteuse à la voix puissante qui nous transporte entre poésie et rock, elle n’hésite pas non plus à venir nous voir dans la fosse pour effectuer quelques pas de danse à nos côtés ! Une guitare, une batterie et deux demoiselles arrivent sur scène. Sorties tout droit de Californie, Deap Vally ont réalisé des 1ère parties aux côtés des plus grands : The Vaccines, Marilyn Manson, Muse… Et elles n’y vont pas dans la dentelle, ça tape fort à coup de grands riffs ! À découvrir de toute urgence !

Un public de qualité ! / Crédit photo : Stayawake - Satitipartenlive

Tête d’affiche de cette soirée, Circa Wave ! Le groupe anglais revient avec un nouvel album à nous faire découvrir : Different Creatures, et on peut dire qu’ils reviennent en force ! Pogo, danse, chant tout y passe un live maîtrisé à la perfection dont on ne souhaite pas en voir la fin ! Dernier groupe de cette 1ère soirée, Lisystrata ! Vainqueur du prestigieux tremplin Ricard SA Live Music en 2017 ils parcourent aujourd’hui les salles de concert et les festivals avec des prestations fortes en énergie, des morceaux lourds et musicalement irréprochables. Un groupe à suivre d’extrêmement près !

  

 

Samedi 7 juillet : on y retourne sans hésiter ! 

On arrive pour le second groupe de cette seconde journée de festival Mama Killa ! Ils avaient fait sensation lors du tremplin organisé par le Jalles House Rock quelques mois auparavant jusqu’à en remporter la 1ère place ! Ce duo à la fois ange et démon, entre voix angélique et gros riff nous délivre sa recette musicale : du blues, du grunge, une touche d’électro, une batterie et une guitare. Simple, efficace, on s’est régalé ! Partons désormais dans l’âge béni du rock'n'roll avec Howlin’ Jaws ! Une guitare, une batterie et bien évidemment une contrebasse et c’est parti pour swinger ! Un retour dans les années 50 rafraîchissant à consommer sans modération !
On avance encore un peu dans le temps avec un groupe que nous n’avions jamais vu mais que nous attendions avec impatience ! Dewolff un groupe de rock psychédélique qui nous vient tout droit des Pays-Bas réputé pour leurs lives incroyables. Et cette réputation est tout à fait fondée ! Aux allures des Doors, entre folie et énergie ce groupe nous emmène loin, très loin. Le guitariste nous montre ses talents avec des solos à rallonge, à la limite de l’expérimental, de même pour le claviériste et son immense synthétiseur, les refrains sont chantés en choeur par les différents membres du groupe. Un retour aux années hippie, nous avons juste à nous asseoir et à admirer le talent de ces artistes… Une grande frustration lorsque ce voyage se termine. Mais nous les retrouverons vite au Krakatoa le 10 octobre !

Au delà des étoiles avec Dewolff ! / Crédit photo : Stayawake - Satitipartenlive

On part à la rencontre maintenant de Himalaya, un groupe  de Indie rock originaire du Pays de Galles qui ont décidé de mettre le feu ! On saute, on danse, les refrains rentrent très vite en tête ce qui nous permet de les chanter vite en choeur. Un très bon moment en leur compagnie.

On a entendu beaucoup de styles de rock différents, mais il en manque un que nous apprécions tout particulièrement et qui est bien évidemment représenté au Jalles House Rock qui est le punk ! Et ce n’est pas avec n’importe quel groupe car c’est avec Burning Head que l’on va pouvoir se défouler comme des fous ! Avec plus de 25 ans de carrière ce groupe en est déjà à son 14e album ! Un quart de siècle dans les pattes mais toujours autant la pêche et la sécurité du festival n’était pas vraiment prête pour ce show. Pogo sur pogo, un set puissant mais toujours dans la bonne humeur, on en ressort vidés mais transpirants de bonheur.

On quitte un peu le rock pour un peu de pop électro avec le groupe Elephanz, ce nom ne vous parle peut être pas et pourtant chacun de nous a déjà entendu le refrain de leur chanson phare “Time for a Change”. Alternant entre le français et l’anglais le duo nous emporte avec eux à travers leurs douces ballades. La nuit est tombée, la lumière tamisée, la foule dansant à l’unisson... Une atmosphère incroyablement chaleureuse se dégage de la scène.

Un closing haut en couleur ! / Crédit photo : Stayawake - Satitipartenlive

Carbon Killer clôturera cette édition du Jalles House Rock, ce groupe, dans la même lignée que Carpenter Brut (qui a clôturé l’édition précédente) et leur univers cyberpunk des années 70-80 nous emmène dans de longues chansons instrumentales à grands coups de synthé et de guitare électrique. Niveau mise en scène, les jeux de lumières sont très bien travaillés, les instruments sont équipés de LED créant une ambiance et une esthétique unique.

 

2 soirées très intenses qui nous permettent de ressortir avec une nouvelle palette d’artistes à écouter encore et encore. 6 000 festivaliers ont répondu à l’appel du rock, en tout cas on ne peut que vous le conseiller. Le festival est organisé par des passionnés et cela se ressent pleinement ! Merci le Jalles House Rock, et à l’année prochaine !

 

 

Nicolas NOURRIT