play pause load
-

Le Japon et les séismes

Hello, bienvenue à tous pour cette chronique hebdomadaire sur l’Asie.
Le 14 avril 2016, le Japon a été touché par un séisme de magnitude 6,4 sur l’échelle de Richter (allant de 0 à 10) faisant 42 morts et pas loin de 1000 blessés dans la région de Kumamoto. Un second tremblement de terre a eu lieu le lendemain, de magnitude 7,1 alourdissant encore le bilan à 58 morts avec près de 600 secousses, le gouvernement est à présent en alerte maximale concernant les tsunamis.
Alors pourquoi le Japon est-il autant sujet aux séismes ? Comment les japonais s'y préparent-ils ?
Je vais tenter de répondre à ces questions au cours de cet article.

 

Un phénomène qui ne date pas d'hier.

Le séisme le plus tristement célèbre est sans doute celui du 11 mars 2011, responsable de la tragédie de Fukushima. Ce séisme de magnitude 9,0 est le plus puissant du 21e siècle, et s’inscrit en 5e position des plus puissants séismes jamais ressentis, celui-ci a fait 18 500 victimes. La conséquence directe de ce séisme fut le tsunami de Fukushima, ayant mis en péril la centrale nucléaire mais aussi la région toute entière.
En 1923, dans la région de Kanto où se situe la capitale japonaise, un séisme de magnitude 8,3 a provoqué un gigantesque incendie faisant près de 140 000 morts. Plus récemment, en 1995 dans la ville de Kobe, un tremblement de terre de magnitude 6,9 a fait quant à lui près de 6000 victimes.

Bref, le Japon connaît des tremblements de terre depuis la nuit des temps, et pour cause celui-ci se trouve à l’intersection de quatre plaques tectoniques majeures : les plaques pacifique, eurasienne, nord-américaine et philippine. Les mouvements de ces plaques engendrent : séismes, tsunamis et failles dans l’océan, qui sont étudiés de près pour anticiper les futures secousses.

 

Se protéger des tremblements.

Dès le plus jeune âge, les enfants japonais apprennent à l’école élémentaire à ne pas paniquer durant les secousses et à se réfugier en lieu sûr, sous leur bureau ou à l’extérieur de l’établissement.

ajw.asashi.com - prévention scolaire

Cette prévention exceptionnelle permet à de nombreux japonais de sortir presque indemnes de situations difficiles comme un éboulement. Avec le temps, les nouvelles technologies ont également permis de protéger les populations, notamment grâce à l’amélioration des technologies antisismiques. Les gratte-ciel sont équipés de structures parasismiques qui leur permettent de rester debout quoi qu’il arrive, pour exemple aucun gratte-ciel ne s’est effondré en 2011. Encore plus fort, le Shinkansen, le TGV japonais possède un système qui coupe ses moteurs automatiquement si des secousses se font ressentir. La sécurité est donc au cœur des infrastructures japonaises, prêtes à recevoir des secousses à tout moment.

 

Aujourd'hui.

Près de 20 000 sauveteurs sont à l’œuvre pour aider les habitants : nourriture, couverture, logement. Malgré une diminution des victimes, près de 60 000 personnes se retrouvent privées de leur logement et de leurs biens. Plus important, le gouvernement  redoute de mauvaises conditions météo qui pourraient entraîner des glissements de terrain et des coulées de boue, comme celles qui ont pu être observées dans la région de Kumamoto où les secousses ont été les plus violentes.

la-croix.com - Coulée de boue a Kumamoto

 

Avec 20% des séismes les plus puissants de la planète, le Japon est un pays en proie aux éléments naturels. L’ingéniosité des ingénieurs, et la prévention sont les seuls moyens de parer aux catastrophes naturelles qui touchent l’archipel. Sur ce, je vous dis à lundi prochain pour un sujet plus joyeux !

 

Marc BRIAND