play pause load
-

Le Hanami, sous les cerisiers japonais

Bonjour à tous et bienvenue pour cette chronique hebdomadaire sur la culture asiatique !
La semaine dernière nous parlions de… ah ben non rien en réalité (Milles excuses, la semaine a été chargée).
Bref ! Repartons sur une note positive pour cette semaine : nous sommes au printemps (ouiiii !) des températures à la hausse, des arbres en fleurs, des nez qui coulent et des yeux qui piquent, une saison sympathique.

Au pays du soleil levant, l’arrivée du printemps est vécue comme un véritable événement ou familles et amis ainsi que patrons et employés font la paix dans la joie et la bonne humeur.

Cette semaine, nous allons parler du Hanami, c’est parti !

 

Qu'est ce donc que le Hanami ?

Extrêmement attendu par l’ensemble de la population japonaise, le Hanami n’a pas réellement de traduction. Pour faire simple, il s’agit de pique-niquer sous les cerisiers (Sakura) en fleurs durant le printemps, en famille et entre amis. A ce moment-là, tout le monde nage dans la joie, la bonne humeur et surtout l’alcool, second emblème du Hanami. C’est un moment convivial où l’objectif est de resserrer les liens ou d’en créer, l’alcool n’est donc pas de trop lorsque l’on connaît le caractère très pudique des japonais.

tchintcha.com
©tchintcha.fr - Hanami au 21e siècle

 

Une coutume qui ne date pas d'hier

C’est au VIIIe siècle, durant l’ère Nara (710 – 794) que le Hanami a fait son apparition. L’observation des fleurs est déjà extrêmement appréciée à cette même époque en Chine, le processus s’est donc simplement exporté au Japon, très inspiré par la Chine à ce moment-là.
Ce sont d’abord les fleurs d’abricotiers (Ume) qui récoltent tous les honneurs, il faudra attendre l’ère Heian (794 – 1185) pour que le sakura soit reconnu à sa juste valeur. En réalité je mens car le cerisier était déjà très célèbre pour annoncer l’heure de la plantation du riz. De nombreuses offrandes étaient déposées au pied des arbres, généralement de la nourriture et de l’alcool, pour que les dieux soit cléments et offrent une récolte abondante. Évidemment, il convient de participer à l’offrande en buvant l’alcool traditionnel japonais : le saké…Beaucoup de saké.
Ce sont ensuite les samurais qui, au XVIIe siècle, ont permis à cette coutume de devenir une fête nationale et ainsi en faire profiter toute la population.
 Si la coutume a su perdurer, c’est grâce à sa simplicité : un cadre magnifique, de l’alcool, des gens qu’on apprécie, que demander de plus ?

thelittlevictoriangarden.fr
©thelittlevictoriangarden.fr - Coutume du Hanami

 

Le timing parfait ?

Nous sommes le 28 mars, jour précis de floraison maximal dans la capitale japonais ! StayAwake au cœur de l’actu <3.
En réalité, le Hanami n’a pas de date fixe, la floraison se fait de décembre à mai, du Sud vers le Nord.
Les premières floraisons se déroulent en général fin janvier et peuvent être admirées à Okinawa (plage et 35°c à l’ombre), tandis que les dernières peuvent être vues début mai à Sapporo sur l’île d’Hokkaido (également plage et 35°c à l’ombre).
Ce spectacle magnifique ne peut être admiré que durant dix jours maximum, mais disons le franchement, 10 jours à tenir au saké, ça doit être assez long.

 

C’est sur ce timing parfait que je vous dis à la semaine prochaine, suivez bien les réseaux sociaux car il va y avoir beaucoup de photos très sympa ! Bye bye.


Edit : Un exemple de ce a quoi ressemble le Japon à cette période

Marc BRIAND