play pause load
-

« The Revenant » : L'épique voyage de Leonardo DiCaprio

Synopsis officiel :

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption. 

Critique : 

     Oscarisé du meilleur réalisateur pour « Birdman », Alejandro G. Iñárritu chamboule Hollywood et la critique avec une histoire de vengeance plus majestueuse et terrifiante que jamais. « The Revenant » s’inspire de la légende de Hugh Glass, un trappeur américain violemment attaqué par un ours et laissé pour mort par les autres membres de son équipe. Guidé par son instinct de survie et sa soif de vengeance, il parvient à traverser seul plus de 300 kilomètres de nature sauvage pour rejoindre la civilisation.

     Un voyage silencieux où Leonardo DiCaprio éblouit la nature sauvage par sa performance impressionnante et mémorable. Mais jusqu’où est-il allé pour remporter l’Oscar du meilleur acteur ? Tout au long du film, l’acteur traîne son corps mutilé et blessé dans la neige, tombe d’une falaise, se réfugie dans une carcasse de cheval, est emporté par des torrents gelés, se fait attaquer par des Indiens et par un ours, mange du poisson cru… Autant de péripéties qui rendent la vengeance de Hugh Glass plus violente et brutale qu’elle ne l’est déjà. Cette traversée se révèle être une quête aussi physique que psychologique sur la solitude et la nature profonde de l’Homme. Cette nature qui semble sans cesse se déchaîner met Hugh Glass face à lui même et aux limites de l’Homme face à la grandeur de celle-ci.

     Le film, tourné de manière chronologique et uniquement en lumière naturelle, est techniquement épatant. Le réalisateur capture le voyage dangereux de Hugh Glass grâce à des plans étirés et larges pour immerger complètement le spectateur, dans cette nature indomptable. Chaque scène est criante de vie, de mouvements ; la caméra ne cesse de bouger et vient capturer au plus près l’essence qui habite cette vengeance. Au détour d’une scène de combat, le souffle de DiCaprio vient embuer la caméra. Alejandro G. Innaritu veut faire ressentir au spectateur, la souffrance, la peur et la révolte qui animent Hugh Glass, et qui pourraient aussi nous habiter. Comme le rappelle si bien le réalisateur, « We are all savages » (Nous sommes tous des sauvages).

Behind the scenes 

Maquillage : 

 

Documentaire sur les coulisses du film :

 

Remise de l'Oscar du meilleur acteur 

 

Est-ce vraiment nécessaire de rappeler la filmographie de Leonardo DiCaprio ? 

http://leonardodicaprio.com/films/

 

Anaïs MAUPIN