play pause load
-

Telle mère, telle fille - Et on recommence

Rien de neuf

Bonjour à tous, aujourd'hui sort en salle une nouvelle comédie française (oui encore une, et nous ne sommes qu'en Mars, il va falloir faire preuve de patience cette année). Bon je me montre déjà réticent alors que je ne l'ai pas vue. Voyons ensemble la bande annonce et le synopsis, voulez-vous ?

Synopsis: Inséparables, Avril et sa mère Mado ne peuvent pourtant pas être plus différentes. Avril, 30 ans, est mariée, salariée et organisée à l'inverse de sa mère, éternelle ado insouciante et délurée qui vit aux crochets de sa fille depuis son divorce. Mais quand les deux femmes se retrouvent enceintes en même temps et sous le même toit, le clash est inévitable. Parce que si Mado, en pleine crise de jeunisme, n'est pas prête à être grand-mère, Avril, quant à elle, a bien du mal à imaginer sa mère... mère ! 

Tout est vieux

On ne va pas se mentir, tout ceci me laisse à penser que le film ressemble à ce genre de production diffusée sur M6 un dimanche après-midi un week-end de Pâques. Mais bon, on va quand même essayer de décortiquer tout ça !

Dans les rôles principaux, on retrouve Juliette Binoche et Camille Cottin (Connasse sur Canal+ il y a pas si longtemps que ça). Le film a aussi la chance de voir dans son casting l'acteur Lambert Wilson (notre Mérovingien préféré, "les vrais savent").

Sinon que dire ? Un humour déjà vu, une mise en scène banale, 1h34 de film. Non, très peu pour moi. Il y a bien d'autres choses à voir en ce moment, ce film va tomber dans l'oubli très rapidement je pense.

Pour être franc avec vous, je commence à désespérer des comédies françaises bateau qui sortent année après année. Surtout que si vous voulez voir un VRAI bon film français DRÔLE et pas comme les autres, il y a actuellement en salle GRAVE. Donc si vous avez envie d'aller au cinéma, allez voir ce dernier, ou même Ghost in the Shell que je vais m'empresser d'aller voir pour vous en faire une critique dimanche.

Sur ce, que le cinéma (le bon) soit avec vous.

(Juste pour le plaisir)

Antonin PAPILLON