play pause load
-

Place Publique - Le nouveau film D'agnès Jaoui


Pour les "vrais" qui sont là depuis le début (= depuis que je suis là, ne croyez pas que je suis le centre du monde), j'avais parlé il y a plus d'un an d'un petit film français mais qui néanmoins a fait parler de lui : Aurore. Je l'avais découvert lors d'un festival de cinéma, tout comme Grave, et j'avais eu un petit coup de coeur pour l'actrice principale et le message simple et léger que le fim transmet. Donc, quand l'actrice principale sort un nouveau film, j'y vais le jour de la sortie pour voir ce que ça donne.


 

Un film simple

Synopsis : Castro, autrefois star du petit écran, est à présent un animateur sur le déclin. Aujourd'hui, son chauffeur, Manu, le conduit à la pendaison de crémaillère de sa productrice et amie de longue date, Nathalie, qui a emménagé dans une belle maison près de Paris. Hélène, sœur de Nathalie et ex-femme de Castro, est elle aussi invitée. Quand ils étaient jeunes, ils partageaient les mêmes idéaux mais le succès a converti Castro au pragmatisme (ou plutôt au cynisme) tandis qu'Hélène est restée fidèle à ses convictions. Alors que Castro assiste, impuissant, à la chute inexorable de son audimat, Hélène tente désespérément d'imposer dans son émission une réfugiée afghane. Pendant ce temps, la fête bat son plein...

Avec un scénario comme celui-là, on se doute bien que l'action ne sera pas le thème du jour. Avec un montage parfois laborieux et bourré de faux-raccords, des dialogues mous et vides et une intrigue qui peine à se dérouler, je qualifie Place Publique de "téléfilm du dimanche soir, avec un supplément gueule de bois". Vous êtes sûr de vous endormir à la fin du film, même en ayant avalé un café quelque temps avant.

Film simple oui, mais avec tout de même plusieurs visions intéressantes. Rien que le titre : Place Publique. On pense à un tribunal, un endroit où tout le monde est jugé. Pourtant le film se déroule en intégralité dans un jardin. La place publique est donc sous la forme des réseaux sociaux, de la télévision, de la quête de popularité d'un homme travaillant dans un média qui se meurt face à un jeune vidéaste totalement cliché qui profite simplement de sa notoriété.

Trop d'histoire, que du flou

Dans la dernière partie, le film ne raconte plus rien. Toutes les intrigues mise en place se terminent comme elles le peuvent, c'est à dire maladroitement. Dès le début il ya plusieurs protagonistes importants qui nous sont présentés, et évidemment leurs histoires se croisent avec celles des autres, c'est une soirée (de vieux), il ne faut pas l'oublier. Seulement le tout manque cruellement d'un rythme, les "retournements de situation" sont amenés d'un seul coup sans qu'on ait le temps de se plonger et de s'approprier l'histoire qui se déroule devant nous.

Des acteurs pourtant plutôt convaincants (Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri principalement) qui nous offrent un jeu dont on a l'habitude avec eux. En revanche, Sarah Suco qui surjoue d'une manière effroyable. Pourtant son rôle avait le potentiel d'être intéressant. Et on en vient à Mister V. Je ne comprends pas ce qu'il fait dans ce film, et pour avoir vérifié, il n'a fait aucune communication sur son rôle le jour de la sortie du film. Son personnage est cliché au possible avec son gang de jeunes qui hurlent et de jeunes femmes, profitant de sa notoriété pour draguer et se comporter comme la première des stars (et ça tombe bien, dans le film c'est lui le numéro 1). Mais on sent que c'est une vision à la ramasse de la part d'une équipe de réalisation qui n'a pas cherché à casser un peu les idées reçus sur YouTube et les personnes influentes qui en découlent.

Une petite déception

Je ne vous recommande pas particulièrement ce film. Je suis sorti de la salle quelque peu déçu et sur ma faim, ayant fait confiance à Agnès Jaoui dont c'était tout de même le 5e film. Aucun message, des facilités scénaristiques, une mise en scène pauvre en innovation, un rythme lent... Ce film sera malheuresement très vite oublié et je passerai à autre chose la semaine prochaine (je crois qu'il y a un film avec des héros mais je ne suis pas sûr...)

Antonin PAPILLON