play pause load
-

Pacific Rim Uprising - Sympa ce nouveau Transformers


Vous allez me trouver méchant avec ce titre. Mais je vous assure que vous allez être déçu si vous vous attendez à une suite fiable du premier. 5 ans après le film de Guillermo Del Toro (friendly reminder), c'est un tout nouveau réalisateur qui prend la relève pour notre plus grand plaisir plus grande incompréhension.

Roll out !


 

 

Un challenge de taille

Reprendre les rennes d'un réalisateur tel que Del Toro est forcément un challenge qui pourrait en faire flipper plus d'un. Même s'il est toujours présent en tant que producteur, on sent dès les premières minutes du film que c'est totalement différent. Et pour cause, le nouveau réalisateur Steven S. DeKnight réalise ici son premier film pour le cinéma ! Pour un bizutage, c'est un bizutage, et comme souvent, il y a du bon et du moins bon. Surtout du moins bon.

Mais je vous en dis plus en vidéo, on se retrouve juste plus bas !

 

 

Un mélange qui ne prend pas

Le plus marquant pendant le visionnage et que je ne mentionne pas dans la vidéo est l'humour qui est beaucoup plus présent dans ce deuxième opus que dans le premier. Mais de manière assez lourde. Certes, le film se laisse regarder, nous faisant profiter d'une qualité visuelle très correcte, mais sème sur son chemin des miettes de blagues et de situations "lollesques" qui nous laisse parfois une expression de gêne sur notre visage. Que ce soit un meme d'Internet, une réplique ou simplement une action, on a vraiment l'impression de regarder un mix entre Transformers, Power Rangers et Independance Day.

Même si nous sommes heureux de retrouver d'anciens acteurs et de voir de nouveaux visages au talent prometteur (John Boyega / Cailee Spaeny), les personnages sont très vite oubliés (la preuve en vidéo) et aucune empathie n'est créée durant le film (peut-être à l'exception d'une scène, pour être gentil). 

Le film se promène de raccourci en raccourci, d'incohérence en incohérence pour au final nous servir un résultat passable, parsemé de bof avec un arrière goût de déception.

En bref, vous pouvez passer votre chemin, même si un troisième semble placer le bout de son nez, ne vous gâchez pas l'histoire du premier, restez sur la magie que Guillermo Del Toro a réussi à nous faire vivre en 2013.

Go Go Power Rangers !

Antonin PAPILLON