play pause load
-

Miss Peregrine - Le grand retour de Tim Burton ?

Bonjour à tous et à toutes ! J'espère que votre rentrée s'est bien déroulée, que vos lacets sont bien noués et que votre soif de culture cinématographique (oui, on tape dans les grands mots aujourd'hui) est aussi pleine qu'une chope de bière durant un OktoberFest car, en ce jour, on va parler du dernier film du grand, de l'unique, Tim Burton. (Longue phrase hein. Promis je vais essayer de faire plus court).

(Je rappelle tout de même que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, faites attention à vous).


 Vous ne me connaissez pas encore, je me prénomme Antonin, je serai votre humble serviteur en ce qui concerne le cinéma sur StayAwake, ce magnifique média qui nous propose moult divertissements de qualité (je veux une augmentation).


 

 

Un Tim Burton qui renaît de ses « cendres »?

Vous n'êtes sûrement pas passés à côté de cette sortie qui chamboule les salles de cinéma depuis le début octobre 2016, Tim Burton est enfin de retour dans nos chambres nocturnes favorites. Et pour notre plus grand plaisir.

Personnellement, depuis Charlie et chocolaterie (sorti en 2005, j'avais alors 10 ans), Tim Burton n'a jamais réalisé quelque chose de fou. Soyons honnêtes, Alice au pays des merveilles, c'est gentillet (en revanche la BO est juste sublime) mais sans plus. Que ce soient Dark Shadows , Big Eyes ou encore Night of the Living , tous ses films ne sont pas mauvais mais sans casser 3 pattes à un canard.

 

Alors quoi, il est bon le film ou non ?

La réponse va être simple : OUI.

 

Tim Burton a ce quelque chose, sa patte d'artiste qui nous donne envie de hurler en pleine séance : VOILA, C'EST ÇA TIM BURTON ! Il a cette agilité (ou facilité) à manier le sens du rythme ou la mise en scène. Mettre toujours la petite musique qu'il faut, au moment où on s'y attend le moins, il n'y a que lui pour faire ça. Et Tarantino.

Parlons peu, parlons bien

Je vais tout de suite mettre une chose au clair, le film est tout de même réalisé pour un jeune public. Mesdames et messieurs les parents, vous pouvez y emmener vos enfants, mais évitez les moins de 10 ans, certains effets spéciaux peuvent surprendre.

Le synopsis du film :

    « À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mènent dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs … et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre "particularité" peut sauver ses nouveaux amis. »

Pour ce qui est du casting, c'est franchement pas mal du tout. On retrouve une Eva Green qui nous offre une performance tout à fait honorable. On a également l'apparition de Judi Dench (l'agent Q dans les derniers James Bond), mais surtout Samuel L. Jackson, dans un rôle qui lui correspond bien comme il faut. En revanche, sa prestation est un peu trop fidèle à lui-même. Il y a quelques moments où on se dit « Mouais, cette réplique elle est là uniquement parce que c'est lui qui est à l'écran». Le personnage principal quant à lui est interprété par Asa Butterfield (qui a joué dans Ender's Game – La Stratégie Ender. On en reparlera de celui-là, promis) et qui est tout à fait dans ses bottes avec un rôle comme celui-ci. Les personnages sont bien travaillés: on a tellement envie d'en savoir plus sur chacun d'eux en sortant de la salle, et même les méchants ! On est projeté dans un monde poétique mais...

Un univers cinématographique qui lui est propre

Mais poétiquement horrifique ! Là encore, AUCUN film ne m'avait fait verser les larmes (de rire) sur une scène de combat entre des squelettes et des monstres (no spoil). C'est à ce moment-là que je voulais me lever et crier à tout le monde que ça, c'est du cinéma. Le film sait rester beau et sérieux, sans tomber dans des clichés. Les enfants mystérieux sont attachants, les monstres sont horribles, et il y a des moments où un fin souffle de froid et de malaise nous envahit. Du pur bonheur.

©foxmovie.com

Au final, que retenir ?

Foncez voir Miss Peregrine et les enfants particuliers. Vous ne le regretterez pas, je vous l'assure. Après un été vraiment pas terrible en sortie de film, ce petit bijou fait du bien à la rétine. En revanche, la 3D n'est pas vraiment nécessaire, mais ne gêne en aucun cas le visionnage du film. Et si vous n'avez pas eu le temps de le voir en salle, n'hésitez pas à acheter le DVD qui sortira courant 2017 (obvious).

C'est tout pour moi, merci d'être restés jusqu'ici. Surtout restez comme vous êtes, mangez des films et visionnez du pop-corn. La bise.

Antonin PAPILLON