play pause load
-

« Le grand partage » : comédie sociale qui prend le froid

Synopsis Officiel : 

     Un hiver pire que jamais. Le gouvernement publie un décret obligeant les citoyens français les mieux logés à accueillir chez eux pendant la vague de froid leurs concitoyens en situation précaire. À l’heure du Grand Partage, un vent de panique s’installe à tous les étages d’un immeuble très chic de la capitale.

 

© 2015 - Wildbunch

Critique : 

  Après « Maman », « Le Prix à payer » et « Les Sœurs fâchées », Alexandra Leclère signe son quatrième long-métrage profitant une nouvelle fois d’un casting quatre étoiles. Karin Viard, Valérie Bonneton, Didier Bourdon ou encore Josiane Balasko se laissent entraîner dans une comédie populaire qui pose un regard sur notre société actuelle et sur les comportements suscités par une loi obligeant les « bien logés » à accueillir ceux qui ne le sont pas.

  L’enjeu social semble intéressant alors que le film se concentre sur un immeuble bourgeois d’un arrondissement coté de Paris. Malheureusement les stéréotypes et les clichés vont avoir raison du bon sentiment de départ. En effet, l’immeuble en question est un allégorie de la société française et de sa politique : un couple bourgeois de droite, une famille bobo de gauche et une concierge FN. Libre à chacun de se retrouver dans l’un de ces partis : Figaro d’un côté, Libération de l’autre. Chacun tente alors d’échapper à l’obligation d’accueillir un mal logé. L’entrepreneur immobilier se précipite à la maison de retraite pour rapatrier sa mère et propose à sa femme de ménage de s’installer chez lui pour lui éviter le long trajet en transport en commun. L’enseignante de gauche, dont le mari est écrivain, abandonne ses valeurs pour soudoyer l’employée de mairie. Quand à l’aristocrate, il voit dans cet ordre de réquisition la possibilité de combler sa solitude. Ce petit ménage se déroule évidemment sous le regard de la concierge, dont le chat empaillé, se prénomme Jean-Marie…

  Le racisme et la haine de l’Autre, ici les minorités, les étrangers ou les SDF, constituent l’intrique des dialogues et des situations. Tout le long du film un malaise s’installe et les personnages sont alors confrontés au trouble qui anime notre société : la différence. Mais la rencontre avec l’Autre devient trop facile et superficielle. Elle permet juste à chacun de surmonter ses petits problèmes quotidiens. L’écrivain insomniaque termine son roman et retrouve le sommeil, son épouse enseignante apprend à être une bonne mère, les bourgeois de droite retrouvent la flamme qui animait leur couple et la concierge raciste tombe amoureuse d’une personne de couleur. 

  Il faut tout de même admettre que, derrière la simplicité du scénario et des dialogues, un propos sensé et dérangeant se dégage. Mais peux t-on croire que le message du film puisse dépasser le simple stade de réflexion? 

 

 

Zoom sur les comédies françaises de bons sentiments : 

© Allocine

 

La famille Bélier (2014)

Synopsis Officiel :  

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

© Allocine

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu? (2014) 

Synopsis Officiel :  

Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale sont des parents plutôt « vieille France ». Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d’esprit... Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois. Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.

 

© Allocine

Intouchables (2011)

Synopsis Officiel :  

À la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra... Intouchables.

 

Anaïs MAUPIN