play pause load
-

La folle histoire de Max et Léon - Pari gagné pour le Palmashow ?


Je fais face à un dilemme. Cette semaine devait sortir une critique sur Dr Strange. Mais le film du Palmashow est sorti et bien évidement je ne pouvais pas ne PAS en parler. Et du coup j'ai dû écrire cet article un peu en vitesse pour qu'il sorte dans les temps. Pourquoi ? Parce-que des critiques de Dr Strange, il y en a déjà plein. Normal pour un film international. Alors que le film La Folle histoire de Max et Léon, lui, ne quittera pas la France.

J'ai donc décidé de faire passer ce film en premier.


 

Du petit au grand écran

Bonjour à tous et à toutes, je suis heureux de vous retrouver pour un nouvel article et donc, aujourd'hui, vous l'aurez compris, on va parler du premier film du Palmashow : La folle histoire de Max et Léon.

Je suppose que le Palmashow n'est plus à présenter, tout le monde (ou presque) connaît  Very Bad Blagues. Ou au moins Gaspard et Baltazar. Ce duo est composé de Grégoire Ludig et de David Marsais. On peut également citer Jonathant Barré qui est derrière la caméra depuis un bon petit moment pour bon nombre de sketchs. Mais cette fois-ci Jonathant sort le grand jeu et réalise son premier long métrage, avec le duo iconique au scénario.

Synopsis :

« Les aventures de Max et Léon, deux amis d'enfance fainéants et bringueurs, qui tentent par tous les moyens d'échapper à la Seconde Guerre mondiale ». 

 

Pour ce qui est du casting, là on tape dans le lourd. Et ils sont nombreux à avoir leur caméo !

Donc pour commencer, évidement il y a Grégoire et David, accompagnés de toute l'équipe habituelle présente dans leurs vidéos (comme Julien Pestel ou Nicolas Marié). Mais on a également Dominique Pinon, Bernard Farcy, Catherine Hosmalin, Kyan Khojandi, Baptiste Lecaplain, Kad Merad, Monsieur Poulpe, Christophe Lambert, Florence Foresti et j'en passe !

Là encore, pas d'inquiétude. On peut se dire que avec autant de guest, le film va tomber dans le lourdingue comme Astérix aux Jeux Olympiques. Mais non ! Encore une fois, le film sait jauger l'apparition de ses petits copains, pour notre plus grand plaisir. 

La touche (qu'on aime) du Palmashow

Certes, le scénario est assez simple. Mais c'est justement là toute la magie de cette production, l'équipe réussit à nous tenir en haleine pendant 1h38 avec une histoire des plus simples. Ne vous en faites pas, la trame scénaristique est continuellement bombardée (champ lexical de la guerre, je suis un génie) d'anecdotes et de péripéties qu'on aime tant.

Qui dit Palmashow dit parodie. Et sur ce côté là, vous allez être servis en beauté, et avec un plateau d'or s'il vous plaît. Que ce soient des publicités connues, des mises en scènes, des répliques, des combats ou des dialogues, tout y est, mais toujours avec la finesse à laquelle on est habitué.

Le comique de répétition est également très présent et très bien géré. On ne se lasse jamais de ce genre de blague, quand c'est bien fait.

En revanche, il y a quelques moments où les blagues sont un peu lourdes et dans la longueur. Je pense notamment à cette scène avec la moto. Je n'en dis pas plus, vous allez la reconnaître de toute façon.

©Youtube.com

La qualité au rendez-vous

Visuellement, c'est propre. Pour une simple comédie française sans prétention, ils ont fait les choses bien. Bien sûr, le rythme du film est assez rapide, un cut lent ne collerait pas avec l'ambiance générale. Pas de plan-séquence, du moins pas dans ma mémoire.

Les effets spéciaux sont soignés. Même quand ils parodient des clichés Hollywoodien, ils le font bien les bougres ! Deux scènes me viennent directement à l'esprit : la parodie des agent spéciaux beaux gosses, un bon gros ralentit comme on les aime. Pour la deuxième, je ne veux pas vous spoiler, je peux seulement dire qu'elle se trouve à la fin et que quelqu'un monte des escaliers avec difficulté.

Auditivement parlant, rien de choquant mais rien d'extraordinaire non plus.

Le verdict de l'expert (oui c'est moi)

OUI. OUI. OUI. OUI. OUI. OUI. OUI. OUI. OUI. OUI.

J'espère que mon avis est assez clair.

Plus sérieusement, le pari est gagné pour le Palmashow. Ce film passe en un clin d'oeil, on ne s'ennuie (presque) jamais. C'est bien fait, c'est frais, c'est simple, c'est efficace. Et c'est FRANÇAIS NOM DE NOMQSDNQSD. Cocorico.

Sur ce, je vous laisse, en espérant que cet article vous aura été agréable à lire. Je vous bise, restez curieux et mangez un maximum de film. N'hésitez pas à partager l'article et à laisser un commentaire ! Je pourrais même te répondre, si ce n'est pas dingue ça !

Aller, à la prochaine.

Antonin PAPILLON