play pause load
-

Ami Ami - La légère comédie romantique française


Les comédies romantiques ce n'est pas du tout ma came. Voilà, pour parler franchement, j'en ai très peu vu, je trouve que l'expérience que ce genre de film offre n'est pas pour moi (de base, la romance n'est pas mon style).

Et comme dans mon petit cinéma de Laval je n'avais le choix qu'entre Ami Ami ou La surface de réparation, l'amour que je porte pour William Lebghil a décidé pour moi.


Cinéma français vous avez dit ?

On ne vous le dira jamais assez, surtout en ce moment, il est important de soutenir le cinéma français en allant en salle au lieu de télécharger comme un malpropre. Et c'est exactement avec cet état d'esprit que confiant, mais en ayant néanmoins une petit dose de méfiance, j'ai été voir Ami Ami le premier film de Victor Saint Macary. Autant être sincère dès le début, c'est un bon petit film ! J'ai passé un agréable moment en salle, avec des vannes qui fonctionnent très bien !

 

Le synopsis : Quoi de mieux pour ne plus jamais souffrir en amour que de tourner le dos à la vie de couple et de s’installer en coloc’ avec son meilleur ami ? C’est en tout cas ce qu’a décidé Vincent, ravagé par sa dernière rupture ! À un détail près : son meilleur ami est une meilleure amie, Néféli, jeune avocate déjantée. À peine installés, les deux potes se jurent de ne plus jamais tomber amoureux, de vivre d’amitié et d’histoires sans lendemain. Mais après quelques semaines de cohabitation complice et festive, Vincent rencontre Julie…

Il est vrai que le scénario n'a rien de sensationnel, c'est même un classique. Mais beaucoup vous répondront que, si vous allez voir ce genre de film, c'est pour éviter de se prendre la tête. Pas d'inquiétude là-dessus, vous allez simplement vous laisser prendre dans le film et ne penser à rien d'autre pendant 1h26.

La fine équipe

Je l'ai déjà dit, mais j'aime beaucoup William Lebghil. Je trouve que c'est le seul de la série SODA qui avait un gros potentiel parmi ses collègues adolescents, et il le prouve ici. Certes, ce n'est pas un rôle très profond, cela reste de la comédie, mais il sait se montrer très persuasif ! Sa copine d'affiche (qui a récemment été à l'affiche du plus-que-passable Going to Brazil) est, elle aussi, dans ses baskets.

Les plus connaisseurs d'entre vous auront remarqué la présence d'Hoodwink, notre super vilain préféré de Hubert Saint-Macary, qui n'est nul autre que le père du réalisateur (ah bon sans blague ?) et qui remplit une scène rien qu'avec sa voix. On note également la présence de Jonathan Cohen, qui malheuresement a encore cette étiquette de "Serge le mytho" qui le suit d'un peu partout, son personnage ne lui permettant pas de dévoiler son potentiel. Une Camille Razat charmante et et prometteuse, ce film réunit une fine équipe de jeunes talents qu'on souhaite tous de retrouver le plus vite possible !

 

En revanche, peu de parti pris niveau réalisation, la caméra préférant se concentrer sur les acteurs plutôt que de travailler les décors. Une conversation au téléphone plus osé que les autres, mais malheuresement c'est du déjà-vu.

Musiques simples mais efficaces, du nu sans être vulgaire et poussif, des blagues bien placées et des gags qui fonctionnent, oui, ce film est drôle et réussi.

Donc encore une fois, soutenez le cinéma français, soutenez de jeunes réalisateurs et acteurs, soutenez notre culture. Prouvons que nous ne sommes pas bons qu'à produire des comédies bon public comme Les Tuche ou n'importe quel film avec Christian Clavier depuis 5 ans.

Allez au cinéma.

 

Photos : Allociné

Antonin PAPILLON